A LA UNE

Le Conseil Economique et Social en session ordinaire : la délinquance économique au centre des débats

Malgré l’élection de l’opposant Alpha Condé en 2010, le détournement de deniers publics et la corruption demeurent encore des maux qui caractérisent l’administration publique.

L’ancienne syndicaliste, Rabiatou Serah Diallo et ses collègues du Conseil Economique et Social (CES) dont elle est la présidente, comptent se pencher sur cette problématique au cours de leur première session ordinaire de l’année 2017, ouverte ce mardi à Conakry.

La problématique de l’exode rural et la migration, l’adéquation entre décentralisation et développement local, la mise en oeuvre de projets de construction de barrages hydroélectriques, l’autonomisation de la femme guinéenne, la mise en place d’institutions de microfinance et leur impact, l’intensification de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles, la mise en oeuvre du projet Nimba Simandou, sont là d’autres sujets d’actualité sur lesquels les conseillers vont se pencher également durant cette session.  

Par rapport à tous ces sujets, le CES devrait fournir des avis et des recommandations à l’intention notamment des pouvoirs executif et legislatif. Mais est ce que les Conseillers sont suffisamment outillés pour proposer des solutions durables et efficaces contre notamment la délinquance économique ? Rabiatou Serah Diallo, présidente de l’Institution promet de faire appel à des des chefs de départements ministériels et des experts indépendants.

Présent à cette cérémonie d’ouverture des travaux, le ministre Conseiller à la Présidence en charge des Relations avec les Institutions, a demandé aux Conseillers de faire un diagnostic “sans complaisance” et de proposer des recommandations “patriotiques”.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top