A LA UNE

Mamou : Deuxième journée de violences entre étudiants et forces de l’ordre

Ce mardi 28 mars 2017, les étudiants de l’Institut Supérieur de Technologie (IST) de Mamou, étaient à nouveau dans les rues, a constaté Mosaqueguinee.com à travers notre correspondant.

Contrairement à la journée d’hier, ce matin les manifestants étaient sortis pour exiger la libération de leurs collègues (une vingtaine), détenus à la prison civile pour dit-on, «cumule d’infractions».

Voulant à tout prix rallier le centre ville avec des slogans comme «libérez nos amis !»,  les manifestants qui ont quitté en grand nombre leur institut se sont heurtés à un important dispositif sécuritaire à quelques mètres du bataillon autonome de Mamou (BAM), sis au  quartier abattoir.

Des jets de pierres et des bombes lacrymogènes ont été échangés entre les deux camps (gendarmes et manifestants). Se retrouvant dans une position de faiblesse, les étudiants se dirigeront vers le lycée Grand Ducal, situé à quelques encablure du BAM, pas sans perturber les cours dans cet établissement, avant qu’ils ne soient définitivement dispersés par les gendarmes qui les pourchassaient jusque dans le quartier.

«Cela est inacceptable ! Ils (les gendarmes)  sont entrés jusque dans le quartier en tirant de gaz lacrymogène sur les citoyens », déplore Ibrahima Sory Sylla, citoyen au quartier abattoir.

Difficile de dire qu’il n’y a pas eu d’arrestation, mais notre correspondant nous rapporte que les étudiants comptent poursuivre leur manifestation jusqu’à la libération de leurs collègues. «On ne va pas étudier jusqu’à ce qu’ils libèrent nos amis», confie un étudiant sous couvert d’anonymat.

A noter que selon certaines sources, une réunion aurait été organisée tard dans la nuit du lundi entre certaines autorités de la place et le procureur général près le tribunal de première instance de Mamou, Mr Sidiki Camara, pour tenter de négocier la libération des détenus afin d’éviter d’éventuels troubles.

Mais ce dernier qui, on le rappelle, a vu les vitres de son bureau et le pare-brise de sa voiture caillassés, entend faire appliquer la loi dans toute sa rigueur.

  Alpha Mamoudou Barry, correspondant de mosaiqueguinee.com.

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top