A LA UNE

TPI Mamou: Procès d’un vieil homme accusé d’avoir tué sa propre femme

Ce mercredi 5 Avril 2017, deux (2) dossiers criminels étaient sur la Rable du président du Tribunal de Première instance de Mamou, Sidiki Kourouma, a constaté le correspondant de Mosaiqueguinee.com. Le premier concerne une jeune femme âgée de 26 ans, mariée et mère d’un enfant, accusée de meurtre sur la personne de sa co-épouse en 2013. L’autre dossier est celui d’un homme, poursuivi pour coups et blessures sur sa femme Kadiatou Diallo âgée de 47 ans et mère de cinq (5) enfants, depuis 2014 dans la sous-préfecture de Gongoré.

Dans cette deuxième affaire, l’accusé Alpha Amadou Sow, qui a comparu à la barre, plaide non coupable des charges retenues contre lui. Invité donc à revenir sur les circonstances de son arrestation, l’accusé soutien qu’il n’a jamais battu sa femme et n’est pas responsable de la mort de cette dernière.

«C’était un mercredi matin, quand j’ai quitté mon domicile pour me rendre à un lieu de sacrifice. Après le sacrifice, je devais aller dans un village voisin pour égorger une vache. De là,  je suis rentré tard à la maison, ce jour je devais passer la nuit chez ma 3eme femme Oumou Hawa Sow. Le matin, j’ai constaté que la chambre de ma défunte femme restait fermée pourtant elle m’avait dit depuis la veille, qu’elle devait se rendre à Mamou centre. C’est en ce moment que je me suis dirigé vers sa chambre en l’appelant, mais elle ne répondait pas. Incessamment, j’ai défoncé la porte je l’ai trouvée morte couchée dans le lit. C’est alors que j’ai alerté le voisinage et les sages qui ont constaté le décès à leur tour”, s’est-il défendu

Continuant sur les circonstances de son arrestation, l’accusé ajoute. « Le 4eme jour du décès, pendant que je me reposais devant la porte de ma maison, des gendarmes sont venus à ma recherche avec une convocation»Malgré l’insistance du procureur Sidiki Camara, l’accusé soutient mordicus qu’il n’a jamais frappé la défunte depuis leur mariage il y a de cela 15 ans.

Comparaissant à titre de simple témoin, une des sœurs de la victime  soutient que c’est bien Alpha Amadou Sow qui a tué leur sœur, avec pour argument que ce dernier avait promis de l’a tuer.  «Quand je suis partie voir le corps de ma grande sœur après le lavage funèbre, j’ai remarqué que certaines parties  présentaient des séquelles. Immédiatement j’ai compris que c’est son mari qui l’a tuée par bastonnade, vu qu’il avait déjà promis de l’assassiner», accuse  Bintou Diallo, jeune sœur de la victime. Par contre, toutes les trois autres épouses qui ont défilé à la barre, soutiendront que leur co-épouse  n’avait pas été battue à la veille du décès.

Dans ses réquisitions, le ministère public, dira qu’au terme des débats, aucune preuve justifiant que la victime avait été bastonnée par l’accusé n’a été présentée par la partie civile. « C’est pourquoi M. le président, je me pose  la question de savoir, est ce que c’est Alpha Almadou Sow qui est l’auteur de cette mort», s’interroge Sidiki Camara, répondant plus tard  par la négation. « C’est pourquoi je demande l’application de l’article 544 du code de procédure pénal, pour le renvoi pur et simple de l’accusé aux fins de non poursuite.

C’est sur cest mots que le président du tribunal Me Sidiki Kourouma, a renvoyé l’audience au 12 Avril prochain pour le délibéré.

A noter que le premier dossier aussi avait été renvoyé, le temps de trouver un avocat pour la défense de l’accusée, qui avait pourtant plaidé coupable du meurtre de sa coépouse.

 Alpha Mamoudou Barry depuis Mamou, pour Mosaiqueguinee.com.

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top