Actualités

Qualification du Horoya : le début de la réalisation d’un rêve , d’une ambition avec un homme moins…

 Pour la première fois de son histoire, le Horoya a réussi à  passer les obstacles des barrages d’une coupe africaine  pour  jouer finalement dans le tableau des grands clubs du continent à l’occurrence les matches de poules.
Depuis des années, plus de 6 ans, Antonio rêvait de vivre ce moment d’intense joie et d’émotions.  Ça arrive après un investissement à couper le souffle, tellement que les montants  qu’on dit avoir   injectés dans ce club champion de Guinée sont colossaux.
Sous d’autres cieux, avec des dirigeants moins dispersés et bien organisés, on avait pas besoin de toute cette somme démentielle pour parvenir à ces fins, celles plus loin d’embrasser un trophée continental, mais hélas !!!!
Le Horoya est un fourre-tout, un galetas diront d’autres, dirigé par un enfant de cœur, un mécène, un philanthrope, qui malheureusement,  laisse tout passer et veut avoir tout le monde à ses côtés même les résidus les plus nuisibles d’ailleurs.   
Aussi bien ses détracteurs, amis sincères moins nombreux  et  partenaires du moment  qui fonctionnent au gré de ses humeurs et qui  savent bien s’y accommoder, conviennent tous, que Antonio doit faire un effort de purge  au sein de son entreprise sportive.
Débarrasser le club de ces  affidés et contingents improductifs  doit être une priorité. Aussi, donner le plein pouvoir à ceux qui administrent doit en être obligatoire. Pourvu que ces dirigeants soient des modèles  irréprochables.  
A défaut de mettre à la porte ceux qui gênent le fonctionnement de l’administration du club, l’enfant de cœur, le propriétaire et seul bailleurs de fonds qui tient beaucoup à son amitié au détriment du travail bien fait, doit alors les remorquer ailleurs sous un autre label et continuer à les faire bénéficier des mêmes avantages et  privilèges .


Antonio qui s’est saigné des mille veines pour faire vivre aussi longtemps son Horoya,  doit prendre la mesure des choses pour qu’il profite enfin de son engagement et de sa volonté à faire de son club , l’un des plus grands du continent. Le tohu-bohu et le laxisme ne pourraient jamais lui garantir l’atteinte de cet objectif.
 
Lamine Mognouma Cissé

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top