A LA UNE

Manifestations projetées par l’opposition républicaine : Aboubacar Soumah appelle la population à ne pas suivre

Au cours d’un entretien exclusif qu’il a accordé à la rédaction de Mosaiqueguinee.Com ce vendredi, 21 avril 2017, l’ancienne figure emblématique de l’UFDG dans la commune de Dixinn, Aboubacar Soumah, a appelé la population guinéenne à ne pas suivre l’opposition républicaine dans le cadre des menaces de manifestation que celle-ci ne cesse de brandir contre le pouvoir en place.

“Ils (les leaders de l’opposition républicaines Ndlr) ne sont pas des personnes qui se battent pour l’intérêt national, ils ne se battent que lorsque leur intérêt personnel et égoïste  est en cause. Il ne faut pas qu’ils mobilisent la population autour de ça et qu’il y ait encore des morts d’homme”, a déclaré Aboubacar Soumah, ancien membre de l’UFDG.

“Nous demandons aux populations guinéennes de veiller au respect des lois de la Républiques de façon générale et demander de façon respectueuse et pacifique l’application rigoureuse des lois, pas suivre des personnes qui ne font sortir que lorsque leur intérêt personnel est en jeu”, a-t-il ajouté.

Selon Aboubacar Soumah, l’opposition dirigée par Cellou Dalein Diallo, a manqué de fermeté et d’objectivité en se laissant bernée à travers des cadres de dialogue dont les conclusions n’ont jamais été respectées.

“On aurait pu simplement appliquer les accords de 2013. Si on continue à tabler jusqu’à ce que des fonds sortent de façon nocturne et les gens tombent sous les fleurs au palais Sékhoutouréya, lorsque Koro ferme le robinet, les gens passent par les micros pour demander aux populations de sortir…. Les hommes politiques doivent être beaucoup plus honnêtes que ça !”, s’indigne-t-il.

A écouter notre interlocuteur on se rend compte que l’opposition républicaine n’a pas élargi cette mesure aux autres partis de l’opposition.

“Si nous étions invités en tant que parti, on aurait pu donner notre point de vue dessu. Parce que les choses qu’ils veulent réclamer maintenant, à cause desquelles ils veulent faire des manifestations,  au moment où j’étais à l’UFDG, j’avais attiré leur attention  par rapport à ces accords.  J’avais dit que ça n’aura pas d’aboutissement, de ne pas accepter et de demander tout simplement l’application des premiers accords. Ils n’ont pas compris donc comme on le dit, premier Gaou n’est pas Gaou…”, a mentionné le président du Parti Guinéen pour la Démocratie et l’equilibre (PGDE).

Nous y reviendrons !

Thierno Amadou M’Bonet Camara

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top