A LA UNE

Le DG de l’Agence Nationale de l’Assainissement et de la Salubrité : «l’agence n’a pas d’argent pour fonctionner !»

A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire du parti au pouvoir ce samedi, 22 avril 2017, le DG de l’Agence Nationale de l’Assainissement et de la Salubrité a évoqué la problématique des ordures dans la capitale guinéenne. Sory Camara a expliqué les difficultés rencontrées par (l’ANAS) dans le cadre de son travail.

«J’ai fait venir tous les acteurs de l’assainissement. J’ai écouté tout le monde et j’ai fini par comprendre pourquoi la ville de Conakry est salle.  Par rapport à ça, j’ai élaboré un plan d’action d’urgence pour que très rapidement, nous puissions trouver la solution. J’ai rencontré le ministre du Budget pour son appui, malheureusement il m’a été dit que l’agence est créée mais le budget qui accompagne son fonctionnement n’a pas été mis en place. Donc en 2017, l’agence n’a pas d’argent pour fonctionner. J’ai en plus rencontré la délégation de l’Union Européenne qui a toujours dit qu’elle accorde de l’argent à la Guinée, 84 millions d’euros dans le cadre de l’assainissement de nos villes. On m’a dit que le montant qui est annoncé est une promesse, mais qui ne sera mis à la disposition de la Guinée qu’en 2018. Donc je me suis dit que face à une telle situation, il faut voir comment résoudre le problème», a expliqué Sory Camara aux militants du parti au pouvoir.

Poursuivant, il soutient avoir rencontré le chef de l’Etat devant qui il a exposé la réalité.

 «Je lui ai dit pourquoi la ville de Conakry est salle. Quand vous parlez d’assainissement, il y a des maillons : vous avez la pré-collecte, la collecte, le transfert et la décharge. (…) Conakry a besoin de 200 bacs à ordures. J’ai dit au Président, voilà la première faute de l’administration. (…) Je lui ai dit qu’il va avoir une catastrophe humanitaire à Conakry en saison pluvieuse si des dispositions ne sont prises.

Ainsi il a donné un bulldozer et six camions bennes. Grâce à ces équipements, aujourd’hui l’agence se permet d’acheminer sur la décharge, 1000 tonnes par jour », dira le directeur l’agence nationale d’assainissement et de salubrité.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top