A LA UNE

Siguiri : Bras de fer en perspective entre le président de la délégation spéciale et le PADES

Apparemment, à Siguiri, le PADES, le parti dirigé par Dr Ousmane Kaba, qui a rompu avec le RPG-Arc-en-ciel, a du mouron à se faire.

Quelques jours après l’interpellation quoique brève de deux de ses représentants locaux, pour avoir tenté d’inaugurer le siège du parti, on s’achemine désormais vers un bras de fer entre le président de la délégation spéciale de Siguiri et le bureau politique national du PADES.

En effet, le président de la délégation spéciale de Siguiri, vient d’opposer une fin de non recevoir à une demande du PADES. Toute chose qui a le don de mettre les nerfs des responsables de ce parti, à fleur de peau.

Comme vous le constaterez par vous-même, au travers des échanges de courriers au ton cassant, entre l’autorité communale de Siguiri et le président du PADES, le maire de Siguiri ne veut pas permettre à cette formation politique d’exercer ses activités à Siguiri, au motif que celle-ci doit montrer patte blanche avant.

En clair, le bureau politique du PADES, a écrit récemment à la municipalité de Siguiri pour l’informer de son intention de lancer officiellement ses activités dans cette ville, mais le maire estime que les documents déposés par le parti, ne suffiraient pas pour exercer des activités sur le territoire de la commune urbaine de Siguiri. Il faut une autorisation ! Autrement, c’est interdit !

C’est là le chiendent ! Par ces mots, le maire de Siguiri vient ainsi jeter le doute sur la légalité même de l’existence du PADES, qui serait donc un parti non agrée ou non légalement constitué, donc, non autorisé à exercer des activités politiques en Guinée ?

Comme il fallait s’y attendre, réponse du berger à la bergère.

Dans un courrier signé de son président, Dr Ousmane Kaba, le PADES, s’insurge et explique qu’à la base, le parti s’appelait RDI (Rassemblement des Démocrates Indépendants), mais dont la dénomination et les membres de l’organe de direction, ont, entre temps changé et notification en aurait été faite au ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.

Fort de ces explications, le PADES, refuse de se soumettre à l’interdiction du maire et qualifie la décision de celui-ci de ‘’nulle et de nul effet’’.

Les responsables du PADES, vont plus loin, en menaçant d’ester en justice contre le maire de Siguiri, en cas d’entraves à ses activités sur le terrain dans la commune urbaine de Siguiri.

Ci-dessous, copie du courrier-réponse du maire à une requête du PADES et copie de la réplique du président du parti, Dr Ousmane Kaba : Lisez !

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top