Actualités

Des opposants s’encombrent de leurs collaborations avec Cellou : l’affaire des «500 millions» sonne le glas !

Depuis la sortie médiatique  ratée du Président de l’UFDG  la semaine dernière, conviennent des observateurs de toute obédience, certains de ses collaborateurs dans l’opposition s’encombrent désormais de la collaboration avec un homme qui, d’après eux, chasse la modestie et le partage.  

Sa communication sur le budget  alloué  au chef de file de l’opposition, le présente comme un véritable égocentrique qui n’a aussi pas compris le sens de la loi qui lui confère ce statut.  Cellou dit que l’argent lui appartient et que c’est à lui qu’on l’a donné comme si c’est un salaire, disent des observateurs.

Il percevrait alors à lui seul, si c’est le cas, plus d’argent  que l’INIDH et la HAC qui sont des institutions constitutionnelles . «L’argent est donné à l’opposition afin de financer ses activités qui entrent dans le cadre l’ancrage démocratique, c’est d’ailleurs ça l’esprit de la loi», ont fait savoir au téléphone ces quelques opposants proches ou en froid avec Cellou et qui promettent de le lui dire en face.

«Mais si Cellou l’utilise pour lui seul  comme il l’a dit chez les Grandes Gueules (Espace Fm), nous allons attaquer la loi à la Cour Constitutionnelle parce qu’elle favorise une concurrence déloyale faite contre nous autres. Imaginez qu’on donne 5 milliards par an à un opposant, ajoutés à ses ressources dont-il dispose…», se sont-ils indignés par le même canal.

Les ratés, ils ne sont pas communicationnels chez le chef de file de l’opposition, c’est aussi l’attitude d’un opposant qui se montre très respectueux de l’orthodoxie dans la gestion de la chose publique et qui se contredit comme si ce principe est pour les autres, en recevant un montant aussi élevé, qui donne l’impression d’un pur  arrangement parce que les traces ne figurent nulle part dans le budget passé à l’hémicycle pour l’appréciation des députés.

Le président de l’UFDG doit se faire du mouron depuis l’ébruitement de ce dossier qui le met dans une position inconfortable.
Ce dossier et son attitude pourraient être davantage rédhibitoires à l’unité de l’opposition très  activement recherchée par  ses paires qui en font une préoccupation constante.  A la direction de l’UFDG, on doit se mettre au travail pour inverser la courbe avant les marches annoncées de l’opposition.

Sadikou

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top