A LA UNE

Lola/Maison des jeunes : illustration dramatique de l’inattention de l’Etat pour cette ville

Le bâtiment date du premier régime, celui de feu Ahmed Sékou Touré. C’est une ex permanence, qui n’a depuis, de toute vraisemblance, bénéficié d’aucune attention, livrée qu’elle est aux intempéries.

La maison des jeunes de Lola, le centre d’écoute et d’orientation des jeunes (CECOJ), le commissariat de police, tous réunis dans un grand ensemble en état de décrépitude totale, ont été totalement omis lors des travaux engagés dans le cadre des chantiers des festivités tournantes de l’an 55 de l’indépendance de la Guinée, que la région de Nzérékoré, a abritées, en 2013.

Le dessèchement dans lequel se trouvent ces édifices publics et d’autres, est la preuve par neuf de l’inattention de l’Etat pour certaines villes du pays, mais aussi de l’absence de perspectives pour les jeunesses de ces zones, comme le cas de Lola.

Malgré sa proximité géographique avec le chef-lieu de la région et une meilleure accessibilité par la route, Lola, est une ville qui a bénéficié de peu d’attention des différents gouvernements qui se sont succédé à la tête de la Guinée.

L’espoir d’un changement, suscité chez ses populations acquises en majorité à la cause d’Alpha Condé, l’actuel président, à l’arrivée de celui-ci au pouvoir, s’est très vite mué en désillusion.

Lola manque de tout ou presque : pas d’électricité, pas de système d’adduction en eau potable, mêmes la SEG et EDG, n’ont pas de représentations sur place…

Les images se passent de tout commentaire :

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top