A LA UNE

Les avocats de Toumba taclent le ministre de la Justice : «Il est à peine alphabétisé !»

La sortie du collectif d’avocats de Toumba Diakité il y a un peu plus d’une semaine n’avait pas laissé indifférent le ministre de la justice. Dans une sortie médiatique qui a suivie celle des avocats, Me Cheick Sacko a été assez amer contre eux.

A l’entame d’une conférence de presse organisée ce mardi, 23 mai 2017 par les avocats de Toumba dans l’optique de répondre au ministre, dans une intervention de plus de trente minutes, Me Paul Yomba Kourouma a mis en doute le niveau de formation et de maîtrise du droit du garde des sceaux. Les avocats du Commandant Toumba Diakité accusent Me Cheick Sacko de réagir à leurs propos alors qu’il n’en n’a pas les prérogatives.  

«Le ministre de la Justice, qui en réalité incarne l’injustice, la discrimination, le trafic d’influence, l’usurpation de titres et de fonctions, nous a frontalement attaqués. (…) Le ministre s’est fait passer pour une partie à ce procès. (…) Nous sommes très surpris, pas de l’attaque, mais des termes dans lesquels celle-ci est intervenue de la part d’un personnage qui, dit-on, a évolué dans le pays qui fut la mère des droits de l’homme», a-t-il déclaré.

Ils accusent Me Cheick Sacko  d’usurper des fonctions dévolues au procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Dixinn. “Lorsqu’un dossier est à la phase des enquêtes et de l’instruction, la procédure se déroule sous le sceau de la confidentialité. Si à ces phases de la procédure, il est nécessaire de porter à la connaissance du public un quelconque élément de nature à éviter des troubles ou une désinformation, cela doit être fait désormais, conforment l’article 8, (nouveau code de procédure pénale) par monsieur le procureur de la République”, a fait savoir Me Lancinet Sylla. 

Le ministre avait fait savoir que si les avocats refusent d’assister Toumba Diakité, des avocats commis d’office seraient mis à la disposition du détenu au moment venu. “On s’est pas encore déporté, nous avions simplement suspendu notre assistance au Commandant Toumba jusqu’à ce que ses conditions de détention soient améliorées et jusqu’à ce qu’on prenne en compte le droit de la défense”, renchérit-il.

D’ailleurs, ajoute-t-il, il appartient à l’autorité judiciaire devant laquelle la commission d’avocats est nécessaire, de se prononcer  sur  cette affaire et non le ministre de la Justice. En le faisant, il fait une immixtion. Cela donne l’impression que les juges ne sont pas indépendants et que c’est lui qui dicte la marche à suivre,  conclut-il.

Selon les avocats, ces propos du ministre ne sont qu’une campagne dont l’objectif est de distraire l’opinion et d’esquiver les demandes faites par la défense de Toumba.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top