A LA UNE

Aide au relèvement de Fria : les efforts de Makhissa Camara, reconnus ! (immersion)

Aboubacar Makhissa Camara et la présidente de la délégation spéciale de Kaloum au lancement du mois de l’enfant à Fria

L’actuel Directeur national des impôts, Aboubacar Makhissa Camara, est devenu un homme populaire à Fria, sa préfecture d’origine, meurtrie par la fermeture de l’usine d’alumine qu’elle abritait. En cause, ses nombreuses actions humanitaires en faveur de la population locale notamment la construction d’une trentaine de toilettes  publiques dans un quartier où l’absence de latrines dans les ménages, expose les habitants à un risque sanitaire énorme.

Hadja Gnalen Condé, préfet de Fria, ne manque pas d’éloges pour magnifier les apports de ce ressortissant dans le processus de relèvement de Fria de ses années de souffrance.

Hadja Gnalen Condé, Préfet de Fria

«M. Makhissa Camara est une pièce maîtresse dans le développement de Fria aujourd’hui. Sans démagogie, ce qu’il apporte à Fria est palpable, c’est le développement et le soutien aux idéaux du Président de la République qu’il accompagne», dit la première autorité préfectorale du Sombory.

Sanaba Kaba, ministre en charge de la promotion féminine et de l’enfance l’a choisi comme parrain de la cérémonie de lancement du mois de l’enfant guinéen, tenue mercredi à Fria.

«C’est un jeune dynamique, qui s’investit dans les activités et qui est une référence pour ceux qui ont été à l’école et même ceux qui n’ont pas été scolarisés. Envoyer Aboubacar Makhissa Camara qui est une élite dans une préfecture, c’est dire aux autres qu’ils peuvent devenir  plus que lui en allant à l’école», a-t-elle fait savoir.

Outre la formation de dizaines de jeunes en entreprenariat et les nombreuses assistances sociales, l’un des exemples palpables de l’apport du Directeur national des impôts à ses compatriotes de Fria se trouve au quartier M’balia, secteur Katroun 3.

C’est là que l’homme a grandi et les habitants de cette localité où on peut rencontrer certains de ses amis d’enfance,
le connaissant tous et l’appellent affectueusement  Charles Camara.

Dans ce quartier, témoigne Alia Sylla, un sage qui y passe sa vie depuis 1976, il n’y a pas de WC depuis que ceux construits et autrefois entretenus par RUSAL sont partis en ruine suite à la fermeture de l’usine.

Aujourd’hui, grâce à Aboubacar Makhissa Camara, Directeur national des Impôts, l’édifice social subit des travaux de rénovation et d’extension assez avancés.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top