Actualités

La lettre de politique des transports et stratégie du secteur routier, en phase de validation

Conakry le 7 juin 2017 – Les assistants techniques du Ministère des Travaux Publics, et cadres de l’Administration publique en concertation ce mercredi sur la lettre de politique des transports et la stratégie du sous-secteur Routier.

Cette rencontre consacrée à la stratégie pour le développement et la gestion du secteur routier de la Guinée à l’horizon 2020, a mobilisé les membres du Gouvernement, de l’Assemblée Nationale, et partenaires au développement sous l’initiative du Ministère des Travaux.

En effet, le réseau routier guinéen était composé en   2016 de :

  • 7,576 km de routes nationales, dont 234km (31,0%) revêtues ;
  • 15899 km routes préfectorales ;
  • 19846 km routes communautaires ;
  • Environ 2000 km de voiries urbaines ;
  • Un total d’environ 45300 km.

Seules 25% des routes nationales revêtues et 1% des routes nationales en terre étaient en bon état en 2012. Cette situation s’était dégradée en 2016 pour les routes revêtues, seulement 16% en bon état et améliorée pour les routes en terre avec 14% en bon état.

C’est justement pour palier à ce résultat mitigé que ce présent atelier vise à valider le document de stratégie pour le développement et la gestion du secteur routier de la Guinée. Il aura le mérite de conforter une politique de développement du secteur, appuyée d’un plan d’investissement et à la prise en compte des charges récurrentes au cours des prochaines années.

Pour mettre en œuvre ce programme qui devrait doter notre pays d’un système de transport moderne et performant en vue de faciliter la mobilité de nos concitoyens dans les meilleures conditions de sécurité et de confort, le Président de la République a instruit son Gouvernement, en particulier le Ministère des travaux publics, d’identifier les stratégies permettant de favoriser le développement du secteur à court et moyen terme avec l’appui des partenaires au développement.

Madame Oumou Camara, dans son allocution, dira que « le secteur routier demeure un des secteurs prioritaires du programme de développement économique et social (PNDES), à travers son impact dans la lutte contre les disparités régionales et surtout par son efficacité au sein de la stratégie de lutte contre la pauvreté ».

A ce niveau, elle a réitéré toute la reconnaissance du peuple et du Gouvernement à l’endroit de l’Union Européenne partenaire clé de ce projet, pour l’appui qu’elle ne cesse d’apporter à la Guinée.

En s’adressant aux participants, la Ministre des Travaux Publics a invité à examiner avec la meilleure attention tous les aspects soulevés dans le document afin de faire des recommandations pertinentes permettant de disposer d’un document dans lequel toutes les préoccupations auront été prises en compte.

Pour sa part, la Représentante du Chef de délégation de l’Union Européenne entrera plus en détail dans le projet pour dire que l’objectif général fixé au sous-secteur routier par la lettre de présentation sectorielle des transports 2016-2035, est  d’améliorer l’État général du réseau routier et d’assurer la desserte de toutes les communautés et sites d’activités économiques par entre autres :

  • Le développement du réseau routier en fonction de la demande de transport par l’aménagement des routes revêtues entre la capitale et toutes les préfectures, puis entre les préfectures et les sous –préfectures du pays, ainsi que le remplacement des bacs par des ponts.
  • L’augmentation des ressources du fond d’entretien routier et l’utilisation rationnelle de celles-ci pour l’entretien routier ainsi que leur augmentation en fonction des besoins et de l’extension du réseau routier.

Veerle SMET insistera sur le renforcement des capacités du Ministère des Travaux Publics et de tous les organismes sous sa tutelle, aussi bien pour la gestion générale du secteur, que pour celle des investissements programmés dans le cadre général de la politique du gouvernement et des contraintes qu’elle impose.

Le présent atelier revêt un intérêt particulier, car il devrait pouvoir aboutir à la validation du document final par le Gouvernement.

La Cellule de Communication du Gouvernement

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top