A LA UNE

Tibou Kamara sauve le dialogue sur la CENI : serait-il ce rempart indispensable au pouvoir ?

Depuis deux jours, sous l’égide de l’OIF (organisation internationale de la francophonie), se tient dans un hôtel de la place de la capitale Conakry,  le dialogue ultime entre le gouvernement, les partis politiques, bref entre tous les acteurs socio-politiques du pays sur l’avenir de la CENI.

D’aucuns à cause de la sensibilité du sujet en débat, conviennent d’une rencontre de dernière chance  dont l’issue devrait trancher sur le model de CENI dont le pays devrait disposer pour organiser ses élections futures.

L’espoir a failli s’effilocher dès le début des discussions s’il n’y avait pas un certain Tibou Kamara, ministre conseiller personnel du Président de la République.

Tout le problème, ou du moins le point de discorde entre mouvance et opposition qui ont encore ressassé leurs adversités habituelles à cette occasion, était au tour du panel 3 qui devrait discuter de l’implication de l’administration dans les élections, donc d’une co-gestion du processus électoral par le l’administration et le ministère concerné, aussi de l’élaboration d’un document final pour adoption.

Chose qui a irrité l’opposition qui, a, à cet effet exigé le retrait de ce point sous peine de bouder la rencontre. Un dialogue de sourds s’installe, le blocage devient alors évident.

Le ministre de l’administration du territoire et les partenaires solliciteront un médiateur inconnu. Tibou s’improvise dans cette fonction, il s’impose cette  posture de circonstance pour donner la chance au dialogue de se poursuivre.

Il initie  des conciliabules entre lui et les têtes d’affiche des deux camps qui sont les honorables Amadou Damaro et Aboubacar Sylla.

Finalement son coup de génie réussira. Le point sera maintenu, mais l’issue du dialogue fera l’objet d’élaboration d’un document de synthèse en lieu et place d’un document final exécutoire. Et le dialogue se poursuivra.

Cet acte n’est pas le premier de l’ancien secrétaire général sous la transition depuis sa réconciliation avec un ami  contre qui dans un passé récent, il était très véhément.

Tibou accepte d’aller au charbon à cause d’Alpha notamment dans les médias en recadrant les actes et propos incongrus de ce dernier. Il est l’un des rares à ce jour, de tous les proches du Président, à se risquer à cet exercice pour sauver une gouvernance qui en a bien besoin.  

C’est encore lui qui calme le jeu politique, l’accalmie retrouvée depuis son arrivé aux côtés du chef de l’Etat, en est une parfaite illustration.

Au regard de cette collection de faits, peut-être, honorables de ses engagements, Tibou serait aujourd’hui le rempart indispensable au pouvoir, ou chercherait-il un autre point de chute comme on le lui reproche à tort ou à raison, son opportunisme ?

Dans tous les cas, le Président en attendant, peut continuer à profiter de ses actions.

ML Cissé

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top