A LA UNE

Société civile : l’ONG LEJEPAD renforce le débat sur le droit à un procès équitable

A l’occasion de la célébration de la journée internationale de l’enfant africain ce vendredi 16 juin 2017, l’ONG Leadership Jeune Pour la Paix et le Développement en Afrique (LEJEPAD), a organisé une conférence-débat sur le thème «droit à un procès équitable dans la jurisprudence guinéenne et internationale», à l’intention des jeunes venus d’une quinzaine d’organisations de la société civile.  

L’événement a eu lieu à la maison des jeunes de Nongo, dans la commune de Ratoma.

«Nous avons constaté que la population a tendance à se rendre justice, les vindictes populaires se multiplient. Nous avons jugé utile d’interpeller les OSC (Organisations de la Société Civile) afin qu’on puisse se réunir et nous outiller par rapport aux notions de droit afin qu’on puisse être des relais auprès de nos différentes communautés pour que les gens puissent prendre conscience que chaque personne a droit à un procès équitable et qu’aucun citoyen ne doit se rendre justice lui-même. C’est pourquoi nous avons organisé cette conférence aujourd’hui», a déclaré le directeur exécutif de LEJEPAD, Bangaly Minatagbè Camara.

Selon le juriste Alseny Traoré, l’un des conférenciers, un procès équitable obéit à un certain nombre de garanties indispensables.

«Pour qu’il y ait un procès équitable, il y a des garanties générales qui sont relatives au tribunal. Il s’agit de l’indépendance du tribunal, son impartialité, le respect du principe contradictoire, le respect du caractère public et la tenue du procès dans un délai raisonnable», a souligné le conférencier.

Parlant des vindictes populaires, devenue fréquentes en Guinée, le juriste pointe du doigt un manque de responsabilité de l’Etat.  «L’Etat, il faut le dire, ne prend pas sa responsabilité pour sanctionner toutes ces personnes qui se rendent coupables d’atteinte à la vie humaine», a ajouté Alseny Traoré.

Visiblement satisfaits, les participants n’ont pas manqué de s’engager à  mieux sensibiliser les citoyens dans les différentes zones.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top