Actualités

L’Assemblée Nationale, l’autre maillon faible (Par le politologue Kabinet Fofana)

Nombre étaient ceux qui, à la mise en place de cette institution en 2013, avaient prédit que la montagne avait juste accouché d’une souris. A cette allure, être de cette opinion, ne serait pas grossier encore moins politiquement imprudent.

Notre Assemblée Nationale est une des plus transversales dans la sous-région au regard de la représentation des formations politiques qui la composent.

Le principal parti d’opposition, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, avec plus d’une trentaine de députés, jouxte la majorité présidentielle qui sur certaines lois, est obligée de faire avec celle-ci. Notamment les lois organiques.

Malheureusement, au lieu que cette cohabitation ne soit un gage de démocratie et d’échanges contradictoires avec pour dessein souhaité, la manifestation d’un meilleur dividende pour nos populations, le pouvoir législatif est devenu le réceptacle d’invectives.  Brillants par leur inertie, nos honorables, à travers les médias, nous offrent des scènes dignes des joueurs de CATSH.

C’est vrai que l’hémicycle est une tribune hautement politique, cependant, elle sert aussi à légiférer donc les débats et les travaux doivent être menés avec du sérieux et le respect mutuel.

Les députés de la Majorité et de l’UFDG feraient mieux de faire abstraction de leur égo et de la méfiance qui caractérisent leurs relations, pour offrir à la Guinée des lois qui résolvent des problèmes, pas des prises de becs pour faire la UNE des médias et se taper des like de militants sur les réseaux sociaux.

Combien de projets ou de propositions de lois sont en instance sur vos tables ? On nous apprend même que le règlement intérieur qui doit vous régir n’est jusqu’ici pas prêt, ce qui laisse entrevoir toute votre mauvaise foi.

Que dire des travaux qui ne sont quasiment restitués dans vos différentes circonscriptions, ce qui se rapporte pourtant à la loi et à une bonne pratique. Des sujets et des préoccupations de société qui méritent votre attention ne finissent pas. Au nombre des quels, la question du loyer, la loi sur le foncier ou la question des centres pénitenciers par exemple. Sur ces dimensions, vous n’en dites rien, vous ne faites rien !

Le pouvoir législatif dans un système de séparation des pouvoirs où il est d’une ancrée tradition que les députés soient ceux qui promeuvent la bonne pratique et participent au contrôle de l’action publique, les députés doivent servir de modèles, contrairement à ce qu’on observe pendant les sessions au parlement.

Sans doute aucun, nos députés à l’aune de ce qui se passe, font de l’hémicycle une vraie pétaudière.

Kabinet Fofana,

Politologue,

Président Association Guinéenne de Sciences Po

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top