A LA UNE

Grand rond-point de l’aéroport : Une réalité qui devrait faire honte ! (Edito)

Un petit tour sur l’autoroute Fidel Castro ce vendredi matin, après la pluie qui s’est abattue sur la capitale guinéenne, suffit pour irriter la colère du spectateur contre ceux qui sont en charge de superviser les travaux publics et de veiller à l’entretien du patrimoine routier.

Au grand rond-point du seul aéroport international que nous avons en Guinée après plus de 50 ans d’indépendance, l’attention du passant est attirée par ce marigot saisonnier qui s’improvise là après chaque pluie. Seuls les quelques conducteurs imprudents et ceux qui sont suffisamment sûrs de la bonne santé de leurs engins osent passer sous le pont.

Où étaient les services du ministère des Travaux Publics lorsque ces travaux mal faits se réalisaient ? Pourquoi depuis des années l’administration ne prend aucune mesure efficace de correction afin de permettre aux conducteurs de circuler convenablement sous ce pont pendant l’hivernage ?

Ces questions méritent des réponses de la part du Président Alpha Condé lui-même, lui qui avait promis d’offrir des infrastructures routières qualitativement plus bonnes que celles des précédents régimes.

Les dirigeants actuels peuvent quand même en rire puisqu’on n’est pas dans un pays où avoir honte de ses échecs est loin d’être la principale caractéristique de la morale administrative. Sinon ce régime que le destin collectif nous impose devrait se gêner de l’image qu’offrent les routes dans notre capitale.

Non seulement le patrimoine existant se dégrade et disparaît peu à peu, l’essentiel des quelques tronçons nouvellement bitumés ne résistent pas aux intempéries. Allez-voir par exemple le tronçon Conteya-Cosa.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top