A LA UNE

Surprenante réaction d’un député du RPG sur d’éventuels ennuis judiciaires pour Bantama et Keira : «chacun doit doser ce qu’il doit dire !»

H. Pépé Toupou

Au cours d’un entretien qu’il a accordé à notre rédaction ce mardi, 11 juillet 2017, le député Pépé Toupou, membre du parti au pouvoir, s’est exprimé sur la plainte que l’UFDG annonce contre Bantama Sow, responsable du RPG Arc-en-ciel et le contentieux entre l’ordre des avocats  et Alpha Ibrahima Keira, un autre responsable du RPG.

L’ordre des avocats veut voir Alpha Ibrahima Keira poursuivi pour avoir commenté l’arrêt de  la Cour constitutionnelle sur le projet de code électoral amendé, tout  en traitant cette institution  de tous les noms d’oiseau. Pour Alpha Ibrahima Keira, il s’agit d’un travail mal fait, non loin d’être un piège.

«Si M. Keira le dit, ça n’engage que lui mais moi j’ai lu cet arrêt, toutes les réponses qui sont là sont du concret», réagit l’honorable Pépé Toupou.

Parlant de ceux qui veulent voir Alpha Ibrahima Keira comparaître pour sa sortie contre la Cour constitutionnelle au siège du RPG Arc-en-ciel, Pépé Toupou répond : « Nous sommes dans un pays de droit, quand ça te passe par la tête, tu peux te plaindre. Je ne pense pas qu’on peut empêcher quelqu’un qui veut se plaindre. Mais si tu te plains, tu n’es pas maître de l’issue, il y a d’autres personnes qui seront là pour juger».

Bantama Sow pourrait être trimbalé devant la justice pour avoir traité l’UFDG de parti terroriste. C’est en tout ce que laissent entendre plusieurs sources. S’il l’a dit, déclare l’honorable Pépé Toupou, le moment venu nous saurons la vérité. «Ils vont donner les preuves parce que quand vous accusez, c’est à vous de donner les preuves», ajoute le député RPGiste.

Mais est-ce que le parti au pouvoir ne serait pas affecté par ces éventuelles procédures judiciaires alors qu’il a besoin de consacrer son énergie à la préparation des futures élections communales ?  « Non, ce n’est rien ça ! Le parti va continuer à vivre parce que de toute façon, les gens qui sont concernés ne sont pas nés de la dernière tornade. Je pense qu’il seront responsables, je pense que chacun doit doser ce qu’il doit dire », dit notre interlocuteur.

Moi je pense que tout ça, conclut-il sur ce sujet, c’est l’expression d’une vie démocratique.

A suivre l’intégralité de cette interview qui aborde la question du troisième mandat et tant d’autres sujets d’actualité.

thierno amadou M’bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top