A LA UNE

FAD : une alliance qui ne compte pas accueillir trop de partis

Le Front pour l’Alternance Démocratique (FAD), la toute dernière alliance politico-électorale créée il y a moins d’un mois, entend garder ses portes ouvertes, mais pas à tout le monde. C’est du moins ce qu’a laissé comprendre le président de l’UFC,  Aboubacar Sylla en marge d’une  plénière tenue mardi.

A l’en croire, le FAD qui a enregistré l’adhésion du PGRP du député Alpha Sila Bah et  du PGDE d’Aboubacar Soumah, est aujourd’hui très convoité. «Le FAD est composé de cinq (5) partis politiques. Vous avez les trois partis fondateurs, à savoir  le RDIG, les NFD et l’UFC, qui ont été rejoints par le PGRP de M. Sila Bah et le PGDE de M. Aboubacar Soumah. Nous avons d’autres partis aussi qui tapent à la porte mais nous sommes très vigilants», a déclaré le leader de l’UFC.

Aboubacar Sylla prévient que lui et ses alliés ne souhaitent pas voir leur alliance se transformer en un forum réunissant de frustrations et des contradictions qui détourneront le FAD de son objectif.

«Nous ne voulons pas que le FAD se transforme en un autre grand forum qui va cristalliser beaucoup plus de frustrations et de contradictions que vraiment des actions que nous allons mener ensemble pour arriver à l’atteinte de nos objectifs communs», a déclaré l’ancien allié de Cellou Dalein Diallo.

Pour le moment, la question qu’on se pose est de savoir qui des leaders fondateurs occupera la tête de cette nouvelle alliance.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top