A LA UNE

Indemnisation des victimes des violences politiques de 2013: la guerre des listes est ouverte

Dans le cadre de l’application de l’accord politique du 12 octobre 2016, le comité de suivi tarderait toujours à avoir la liste exhaustive et consensuelle des victimes à indemniser. Des acteurs politiques de la mouvance présidence, reprochent à l’opposition de tarder à fournir cette liste.

Lors d’une conférence de presse ce lundi, 24 juillet 2017, le collectif dit des victimes  des violences politiques de 2013, a fait une déclaration dans laquelle, ces commerçants ont affirmé ceci : “Nous affirmons solennellement que nous victimes, nous nous reconnaissons tous à travers la liste établie par le GOHA”.

Les conférenciers ont rappelé qu’en décembre 2016, suite à l’accord politique du 12 octobre de la même année, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation avait saisi les administrateurs des marchés de Madina, Ratoma et Matoto.

Cette correspondance annonçait une mission de la commission indemnisation du comité de suivi de l’accord, en vue de collecter des informations relatives à l’évaluation des conséquences issues des manifestations liées au déroulement des élections législatives de 2013, ont-ils expliqué.

« Nous devons préciser avec insistance que seule la liste de victimes établie par le GOHA à travers des huissiers de justice assermentés, peut servir avec objectivité de référence de base », ont-ils conclu.

Sinon, s’interrogent-ils, comment pourrait-on en toute sincérité après 4 années, recenser toutes les victimes de 2013 en 2016 et en 2017, après la disparition de toutes les traces servant de repère?

Ces commerçants maintiennent leur menace de manifester le 03 août  prochain.

Mamadou Saïdou gaya Diallo

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top