A LA UNE

Interdiction de l’exportation des noix d’anacarde : la douane de Kankan veut des motos pour traquer les fraudeurs

Le traditionnel jeu de cache-cache entre douaniers et  fraudeurs est encore loin d’atteindre son épilogue sur le long de nos frontières terrestres. Au cours d’un entretien qu’il a accordé à l’antenne régionale de Mosaiqueguinee.com, le Directeur Régional de la douane de Kankan déclare avoir saisi d’importantes quantités de noix d’anacarde en route pour les pays voisins. 

Depuis 2016, le gouvernement guinéen a pris des mesures interdisant toute forme d’exportation  de noix d’anacarde du pays par voie terrestre : «La première saisie porte sur près de 5 tonnes d’anacarde. Les auteurs ont été traduits en justice avant d’être dépossédés de leur produit en plus du camion qui le transportait. Nous avons également saisi beaucoup d’autres stocks d’anacarde mais de quantités inférieures, en partance pour le Mali», a révélé Cdt Faramany Djoubaté, Directeur Régional de la Douane de Kankan.

Mais les fraudeurs eux, ont exploré d’autres moyens pour s’échapper à la vigilance des services de douane, témoigne notre interlocuteur. “ Les trafiquants utilisent désormais les bicyclettes et motos sur des pistes que nos véhicules ne peuvent pas pratiquer. C’est pourquoi il nous faut des motos pour pouvoir totalement casser cette nouvelle stratégie des saboteurs de notre  économie», a-t– il ajouté.

Redoubler la vigilance le long des frontières terrestres mais et surtout renflouer la caisse de l’Etat par l’atteinte du budget prévisionnel exercice 2017 dont le montant s’élève à 28 milliards 175 millions de francs guinéens, tels sont les défis  majeurs des soldats de l’économie en Haute Guinée.  «Aujourd’hui on peut se réjouir puisque Kankan a déjà atteint 100% de son quota, la Préfecture de Faranah a fait près de 100%, Mandiana est à plus de 40% et Siguiri   à près de 80% », a conclu  Cdt Faramany Djoubaté.

Malgré ces points marqués dans la mise en œuvre des contrats de performance de la douane en Haute-Guinée, les services de douane sont tenaillés par un manque criard de logistiques et d’une insuffisance notoire de personnel.

Mamadi CISSE correspondant régional/Mosaiqueguinee.com/Kankan

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top