A LA UNE

Suivi de l’accord du 12 octobre: le GOHA dénonce son «exclusion» (Entretien)

Selon le Groupe Organisé des Hommes d’Affaires (GOHA), le nombre de commerçants victimes des violences  politiques de 2013, tourne autour de  (442). Les pertes sont estimées à  plus de 50 milliards de francs guinéens.

Dans un entretien accordé à notre rédaction, Cherif Abdallah, président du GOHA, a exprimé sa colère par rapport au processus d’application de l’accord du 12 octobre. Ce document conclu entre acteurs politiques, prend en compte l’indemnisation des victimes des violences politiques de 2013.

«Dans les conditions normales, le GOHA devrait avoir des représentants dans le comité de suivi pour le dédommagement des commerçants, parce que c’est le GOHA qui a recensé les victimes. C’est lui qui a réclamé à ce que l’Etat dédommage ces victimes et a aussi demandé à l’ensemble de la classe politique à ce que le dédommagement des commerçants fasse partie de leur accord  parce qu’ils ont été victimes des événements politiques. On ne nous a informés de rien», a déclaré notre interlocuteur.

Ces raisons, ajoutées à d’autres, ont poussé récemment des commerçants à brandir la menace de descendre dans la rue. Ils feront une annonce plus tard pour reporter cette manifestation.

«Quand  le GOHA a constaté qu’une lettre d’information n’a pas été formulée et déposée auprès des autorités locales, nous leur avons suggéré de faire la marche dans les règles de l’art, c’est-à-dire, en respectant les lois et les règlements qui sont en vigueur. Il faut se conformer à la loi. Comme la lettre d’information n’a pas été déposée à temps, ils ont reporté juste pour mieux préparer leur marche», a expliqué Cherif Abdallah.

Sall

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top