A LA UNE

Préparatifs de la fête à Boké : le marché à bétail manque d’affluence

Les fidèles musulmans s’apprêtent à célébrer la Tabaski. Comme chaque année, c’est l’occasion pour des familles qui en ont les moyens, d’immoler des moutons.

C’est également l’occasion pour les vendeurs de bétail d’augmenter les prix.  Notre correspondant a fait un tour au marché de bétail de Boké. Beaucoup ont la volonté, mais peu pourront immoler une bête cette année. Si les prix sont presque ceux de l’an dernier, c’est-à-dire très cher, il faut aussi ajouter que la conjoncture est là pour la majorité des ménages.

Souleymane Sidibé est vendeur de bétail. «Je suis de Gaoual. (..) Cette année, les moutons sont vraiment rares, et nous les avons achetés très cher,  car les prix varient en brousse entre   800.000 et 950 francs guinéens. Nous payons le transport et les taxes, nous sommes obligés de revendre pour avoir notre petit bénéfice», dit-il.

Sur le terrain, le prix du mouton varie entre 850.000 et 1.250.000 francs guinéens. Pas surprenant donc que l’affluence soit très faible cette année.

Amadou Bella Diallo est chargé de percevoir les taxes de vente sur le site. «Il faut dire que cette année il n’y a pas assez de bêtes car   certains ont préféré exporter vers la Guinée-Bissau, d’autres à Conakry. Les moutons sont chers mais nous pensons que c’est raisonnable par rapport à d’autres préfectures. Ici on a le soutien des autorités de l’élevage qui sont solidaires à nos actions», confie-t-il.

Pour plusieurs foyers musulmans, la fête du mouton se passera sans mouton !

Abdoulaye KEITA

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top