A LA UNE

Sékou Chérif Fadiga, cité dans l’affaire Koula : «Bah Oury est un affabulateur et un ridicule mégalomane !» (Interview)

Plus d’un an et demi après l’assassinat de notre confrère Mohamed Koula Diallo lors d’une réunion du bureau exécutif de l’UFDG, la justice guinéenne cherche encore à tirer cette affaire au clair.

Lors de la dernière audience du procès au Tribunal de Première Instance de Dixinn, Bah Oury a cité des noms dont celui du porte-parole du parti, Sékou Chérif Fadiga. Depuis l’étranger, l’intéressé a accordé une interview à notre rédaction.

Lisez !

Mosaiqueguinee.com : Votre nom a été cité dans l’affaire Koula, avez-vous reçu une quelconque plainte du tribunal ?

Cherif Fadiga : Non, je suis absent de notre pays depuis plus d’un an pour régler des problèmes d’ordre strictement privé. C’est un ami qui m’a alerté pour me dire qu’il a vu mon nom cité par M. Bah Oury dans l’affaire de l’assassinat du journaliste Koula Diallo.

Mosaiqueguinee.com :  Que votre nom soit cité par Bah Oury dans cette affaire, comment l’appréciez-vous, étiez-vous présent ce jour au siège de l’UFDG ?

Cela m’a fait sourire un moment, sauf qu’il s’agit d’une question de meurtre. Dans mon esprit, je me suis résolu à admettre que Bah Oury est un affabulateur et un ridicule mégalomane.

Une fois de retour au pays, je déclinerai ma vérité, puisque je suis arrivé à la réunion du Bureau Exécutif ce jour-là vers 16h20 et j’ai trouvé que le président du parti avait démarré sa communication. J’avais pris place sur la deuxième rangée où étaient installés la plupart des membres du BE, juste derrière le président et les vice-présidents qui l’entouraient.

J’accuse Bah Oury d’avoir prémédité le désordre qu’il y a eu à la permanence du parti ce jour du 05 février 2016.

Mosaiqueguinee.com : Etes-vous  prêt à répondre à une convocation du tribunal ?

Cherif Fadiga :  Un homme comme moi n’a aucun intérêt à se soustraire à la justice de notre pays.

Mosaiqueguinee.com : Comment appréciez-vous la conduite du procès ?

Cherif Fadiga : Vous savez, en matière de politique criminelle, lorsqu’un meurtre est commis, la question essentielle qu’ on se pose est de savoir : A qui profite le crime ? En tout cas, la direction nationale de l’UFDG ne peut tirer aucun avantage de cet assassinat. Dans le monde où nous vivons, avec la photo instantanée sur les téléphones portables, je suis étonné qu’ on ait pas réussi à nous fournir la moindre preuve matérielle sur le point de départ du coup de feu ayant entrainé la mort de Koula. Mais à chacun son travail.

Mosaiqueguinee.com : Un dernier mot pour la fin de cette interview.

Cherif Fadiga : Je suis un homme serein face à cette accusation insensée de quelqu’un qui, dans le champ politique, avait suscité de l’espoir et qui, au final perd la raison et le sens des valeurs pour lesquelles de nombreux Guinéens se sont retrouvés à l’UFDG pour les faire triompher. Ces valeurs triompheront inéluctablement, mais ça sera sans Bah Oury.

Interview réalisée par Thierno Amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top