A LA UNE

Grand Sumu de Conakry : Aminata Kamissoko, Sékouba Kandja et N’faly Franwalya émerveillent le public

Sékouba Kandja Kouyaté, la griotte Aminata Kamisoko, et N’Faly Faranwalya Kamissoko, un autre grand nom de la société restreinte de grands maîtres de l’histoire du manding, un trio qui a émerveillé le public de la première édition du Grand Sumu de Conakry.

C’était ce samedi, 21 octobre 2017 dans un hôtel de la place.

Après des prestations individuelles pour accrocher le public et annoncer donc les couleurs de la cérémonie, le trio est monté sur le podium pour, cette fois-ci, conter ensemble l’histoire du manding, la vie de Soundjata Keita celle d’autres grands noms de l’empire dont la mère Sogolon. Celle-ci, ont réitéré  les griots, était la plus vilaine de la communauté. 

Mais, ont-ils également indiqué, elle a été celle qui a donné naissance au  plus fort des hommes de son temps, celui qui a libéré le peuple de son père avant de jeter les base d’une restructuration profonde de la société manding. 

Les origines de différents noms comme Traoré et Camara, la charte de Kouroukan Fouga et tant d’autres facettes de la grande histoire de cette communauté, ont été révélées au cours de la soirée.

Puis, dans la troisième partie, la griotte Aminata Kamissoko laisse le podium aux  deux hommes du trio pour conter l’histoire d’Elhadj Oumar Tall. Le fondateur de la ville de Dinguiraye, selon N’Faly Faranwalya Kamissoko, a eu 201 enfants dont il a cité les noms, sous les applaudissements du public.

C’est une réussite dont l’une des deux responsables de MKK Global, la structure organisatrice, est fière. « On a créé cette structure pour participer à la promotion de la Culture africaine, particulièrement la nôtre, à travers ce Grand Sumu de Conakry », a déclaré  Bintou Kaba.

Sékouba Kandja Kouyaté, n’a pas manqué de nous confier ses sentiments de satisfaction.  « Je remercie le bon Dieu et tous ceux qui ont fait le déplacement pour venir suivre ce Sumu. Nous essayons de montrer le chemin et la bravoure de nos aïeux à la nouvelle génération. Avant de connaitre le monde, il faut se connaitre d’abord », a-t-il affirmé.

La deuxième édition se tiendra l’an prochain, avec la participation d’artistes venus d’autres pays du grand manding. C’est du moins ce qu’a dit la co-organisatrice, Bintou Kaba.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top