Actualités

Soulèvements populaires : et si c’était le business de certains hauts cadres…? ( Par Laye Mamadi Condé)

(Par Laye Mamadi Condé Consultant en Communication) A l’occasion des manifestations des populations de certaines localités du pays, certains hauts cadres originaires de ces cités, sont souvent envoyés en sapeurs-pompiers. En marchands d’illusions, ils ont un discours commun et usagé : « Le Président de la République ne vous a pas oubliés. Pour preuve, vous avez 6 à 8 de vos fils qui sont Ministres. Sans compter le nombre de Directions et d’autres hautes fonctions de l’Administration occupés par vos fils. Le Président, vous aime, il ne peut jamais vous abandonner, c’est vous qui l’avez élu. » Fin de citation.

Pour ma part, je souscris à cette philosophie politique du Président de la République, qui consiste à faire représenter toutes les communautés au sein du gouvernement. Il permet de gouverner avec tout le monde. Cela permet aussi à chacun de se sentir concerné par la gestion de son pays. Mais, je me pose quelques questions fatidiques. Ces Ministres qui sont nommés ont quelle utilité pour leur communauté. Qu’apportent-ils aux jeunes de leurs localités ? Et mieux, ils ont quelle influence sur les populations de leurs contrées ? Au même moment, ils se font des forteresses à travers le pays. Ils roulent dans des grosses cylindrées. Ils s’illustrent davantage par leurs comportements de coureurs de jupons. Tout cela au frais de ma Princesse, puisqu’ils puisent forcément dans le budget national. Malgré cela, ils sont sans pitié pour les leurs. A qui, ils n’apportent aucune aide. Grâce donc à l’argent public, ils vivent dans une opulence insolente et provocatrice. Ceux qui sont nouvellement nommés, veulent rattraper leurs 50 ans de misère en une seule année.

Les populations dont ils ont marchandé la cause, pour être nommés par le président de la République, découvrent aussitôt que pour la plupart, ils ont même changé de numéro de téléphone. Ils oublient les amis, les parents, parfois même leur origine. Les discours ont subitement changé. Ils deviennent arrogants, et rappellent à qui veut l’entendre qu’ils sont des bénis de Dieu.

Chaque Ministre, au-delà de ses missions, aurait dû penser à sa source, sa communauté, et porter ainsi un projet d’utilité publique, bénéficiant aux jeunes. Ainsi, le Président de la République se sentirait aidé dans l’exercice de ses fonctions. Mais aussi, dans l’accomplissement de son programme de société.

Cependant et comble de malheur, quand les citoyens de ces localités expriment leur mécontentement, leur malaise, ce sont certains de ces Ministres et ces hauts cadres, peu soucieux de leur sort qui s’autoproclament émissaires. En marchands de sornettes, ils font parfois annoncer des promesses mirobolantes aux pauvres populations. Il se trouve, hélas, qu’ils parlent à leurs noms propres. Donc, le Président de la République, n’en sait strictement rien. Mais, dans leurs revendications, les populations égrènent ces promesses faites par ces cadres véreux.

Aujourd’hui d’ailleurs, au regard du business que représente ces manifestations pour ces hauts cadres, il ne serait pas exagéré de penser que certains de ces soulèvements populaires, pourraient être instrumentalisés par ces profiteurs. «Ils allument le feu, ils l’attisent et ils viennent derrière pour jouer les pompiers », pour paraphraser l’artiste Tiken Djah Fakoly.

La méthode consiste à calmer la situation pour apparaître aux yeux du Président de la République, comme des hommes qui lui sont indispensables. Il faut donc à tout prix rester dans les bonnes grâces du boss de Sekouthoureya. La leçon qu’ils cherchent à faire tirer par le chef de l’Etat, c’est «Quand je les perds, je perds automatiquement cette localité ». Alors que le tout n’est que mensonges et escroquerie à grande échelle.

Nous nous retrouvons donc dans les ‘’Soleils des indépendances’’, d’Ahmadou Kourouma. Manifestement, il y a une déception entretenue et attisée par certains les Ministres et hauts cadres. C’est sans doute la raison pour laquelle les populations manifestent. Souvent, c’est une poignée de parvenus, sans scrupules, qui se coulent douce. Comme dans le livre Les Soleils des indépendances, la grande majorité broient l’amertume, la frustration, le sentiment d’avoir été flouée. Fama, le héros des Soleils des indépendances, n’a pas de quoi se réjouir. Réduit à la mendicité, le prince déchu estime qu’il n’a pas touché les dividendes de son militantisme anticolonial.

Les Ministres et les cadres doivent être au service du citoyen, et non au service de leur propre intérêt sordide, ou d’un groupuscule arriviste qui s’embourgeoisent au détriment des pauvres citoyens. Qui, hélas, subissent des violences terribles. Ils sont étrillés et leur existence ne compte plus. Ces personnes prennent les populations pour des engrais politiques.

Alors, M. le Président de la République, débarrassez-vous des Ministres et des cadres qui n’ont ni rendement administratif, ni rendement politique. A plus forte raison, un rendement social. Ils sont des collaborateurs qui rampent à contre-courant de vos ambitions nobles. Ils sont parfois vos premiers détracteurs.

Je l’ai dit.

Laye Mamadi Condé Consultant en Communication

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top