Actualités

Economie : vers la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement contre le terrorisme

Le Ministère de l’Economie et des Finances, en partenariat avec le groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest « GIABA », a lancé ce mardi 31 octobre 2017, l’atelier d’élaboration d’une stratégie nationale de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme en Guinée.

Cette rencontre de Conakry va permettre à toutes les parties prenantes impliquées dans la création et le fonctionnement du cadre LBC/FT de la Guinée, de débattre pendant trois jours des principales problématiques et priorités relatives au fonctionnement du Comité Technique national de suivi des activités du GIABA, de procéder à l’évaluation nationale des risques et de se pencher sur l’élaboration d’une stratégie nationale de LBC/FT.

En Guinée, la complexité du blanchiment de capitaux et ses multiples méandres rendent difficiles toute évaluation de ses impacts, cela malgré l’absence de chiffres précis. Les conséquences négatives des produits de la criminalité sur l’économie et la société sont bien connues, c’est pourquoi le gouvernement, à travers le ministère de l’Economie et des Finances, s’active aux cotés du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest « GIABA » pour lutter efficacement contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme en Afrique de l’Ouest.

Pour parer à toutes les éventualités qui pourraient affecter le pays dans le cadre de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, les acteurs du GIABA sont réunis à Conakry pour élaborer une stratégie nationale de LBC/FT qui va permettre à la Guinée sur la base d’une auto-évaluation de son système, d’identifier et de dresser la liste des lacunes existantes, afin de proposer des améliorations à mettre en place à court et moyen terme, avec l’implication effective de toutes les parties prenantes dans le processus national de prévention et de répression de la finance criminelle.

Pour le Directeur Général de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières « CENTIF », le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sont au cœur de toutes les activités criminelles qui représentent aujourd’hui une menace pour la paix dans le monde, aussi bien en termes de sécurité intérieure que de stabilité économique, financière et même politique des Etats. Face à ce risque Koly Mara affirme que le document de stratégie nationale qui sera élaboré à Conakry ainsi que celui de l’ENR servira de feuille de route que toutes les autorités ainsi que les partenaires financiers  devront suivre pour appuyer, orienter et évaluer les actions spécifiques mises en œuvre dans le cadre de la politique de LBC/FT en vigueur en Guinée.

La lutte contre le blanchiment d’argent et surtout le financement du terrorisme est un enjeu national, sous-régional et international qui touche la Guinée précise Mariame Ibrahim Touré-Diagne représentante du Directeur Général du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest « GIABA ». Selon elle, les recommandations adoptées en 2012, exigent désormais que chaque pays identifie, évalue et comprend les risques liés au blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme auxquels ils sont exposés.

Poursuivant, la Responsable de la recherche, la publication et la documentation au sein du  Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest « GIABA », dira qu’il s’agit pour la Guinée de répertorier l’ensemble des vulnérabilités et d’analyser toutes les menaces inhérentes à l’environnement du pays afin de préconiser des actions préventives et répressives à mettre en œuvre à court, moyen et long termes, tout en spécifiant de manière cohérente et complémentaire, les rôles et responsabilités de chaque acteur et partie prenante e la LBC/FT dans la mise en œuvre des actions préconisées.

Pour finir, Mariame Ibrahim Touré-Diagne a insisté sur le fait que cet exercice d’évaluation  des risques et d’élaboration des stratégies nationales de LBC/FT constitue une étape importante dans la préparation du second cycle d’évaluation du dispositif juridique et institutionnel de LBC/FT de la Guinée d’ici à 2021.

Notons que, le GIABA a été crée par  les chefs d’Etats  et de gouvernement de la communauté  économique des États  de l’Afrique de l’Ouest, pour protéger les économies des États membres contre les abus, les détournements et le blanchiment d’argent. A ce titre, il a pour objectif de renforcer  les capacités des  États membres. Et d’apporter  son appui aux institutions techniques afin  d’assurer la supervision  nécessaire de la lutte contre le blanchiment des capitaux et financement du terrorisme (LBC/ FT), et de renforcer de façon pertinente la législation en vigueur.

La Cellule de Communication du Gouvernement

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top