A LA UNE

Le Groupe « Gangan » face à la presse pour des précisions : «Nous avons été accusés dans une sale affaire !»

Le Rédacteur en chef du groupe de presse Gangan était face aux journalistes ce mardi, à la maison de la presse. Sékou Jamal Pendessa tenait à démentir ceux qui accusent Gangan Fm d’avoir annoncé la mort du Président Alpha Condé alors que ce dernier est encore vivant.

Trois journalistes de ce média ont passé de longues heures hier à la gendarmerie de Yimbaya. Leur Coordonnateur général, était censé co-animer  cette conférence avec le Rédacteur en chef , mais  Aboubacar Camara a passé la nuit à la gendarmerie avant d’être transféré ce matin à Matam.

«Nous avons été accusés dans une sale affaire qui ne dit pas son nom », a déclaré M. Pendessa, qui rappelle que son média venait de perdre un journaliste.

« Dans le but de lui rendre hommage, j’ai demandé aux techniciens de faire passer certains extraits de ses émissions sur l’antenne de notre radio. C’est ainsi  que l’un de ces extraits évoquant l’inamovibilité des présidents, a coïncidé aux rumeurs annonçant la mort du locataire du palais Sékoutouréya», a expliqué le conférencier.

Poursuivant ses propos, le Rédacteur en chef du Groupe de presse GanGan a également déclaré  que la bande sonore incriminée  n’a rien à voir avec  les rumeurs  sur l’état de santé du Président de la République. «C’est  une confusion  totale tant au niveau de la Présidence de la République et qu’à la HAC. Au moment où je vous parle, notre Coordonnateur est transféré au PM3 de Matam après avoir fait une nuit à la gendarmerie de Yimabaya», a-t-il dit.

«Vous vous rendez compte que nous sommes accusés  d’atteinte à la sûreté de l’Etat et d’avoir diffusé de fausses informations contre la personne du chef de l’Etat. Sachez que ces accusations sont une insulte à la presse guinéenne», a conclu Sékou Jamal PENDESSA.

A noter que plusieurs personnalités du monde de la presse ont condamné la procédure suivi par la gendarmerie pour arrêter les quatre journalistes dont les trois ont été libérés.

Hassane Kolié         

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top