A LA UNE

Alpha Boubacar Bah (Ufdg) à Aboubacar Sylla (Ufc) : «s’il pense que ses intérêts sont à la mouvance, il est libre d’y aller»

A l’occasion de la dernière assemblée générale de son parti, le leader de l’UFC a dénoncé un manque de leadership au sein de l’opposition républicaine, dirigée par Cellou Dalein Diallo. Pour lui, le bilan de cette opposition républicaine est généralement négatif.

Aboubacar Sylla n’a pas manqué d’affirmer que si cette  frange de l’opposition, dont-il est d’ailleurs le porte-parole, ne change pas de stratégie, il serait pratiquement impossible pour elle d’obtenir  une alternance politique en 2020.

L’Ufdg, qui sent son leader visé dans ces déclarations, réagit vigoureusement.

Nous vous proposons ci-dessous, une réaction de M. Alpha Boubacar Bah, chargé de communication de l’UFDG !

Que le leader de l’Ufc veuille changer, ce n’est pas en soit un problème. En tout pas celui de l’Ufdg. Tout citoyen guinéen est libre de ses choix et chaque parti décide librement de ses orientations politiques. Si M. Sylla pense que ses intérêts à lui sont à la mouvance, il est libre d’y aller. Seulement il faut qu’on arrête de tenir l’UFDG et son président pour responsables de leurs propres défaillances sur l’échiquier politique guinéen.

Aboubacar Sylla estime que l’opposition républicaine n’a obtenu aucun résultat. Ces genres de déclarations foulent au sol tous les sacrifices consentis par les militants de l’opposition depuis 2011. Et Dieu sait qu’ils sont nombreux. Qu’aurions-nous obtenu si nous ne nous étions pas battus. Absolument rien.

Alpha Condé n’allait rien céder. Entre 2011 et 2013, nous nous sommes battus et avons obtenu au prix du sang, l’installation d’une nouvelle Ceni et l’organisation des élections législatives à l’issu desquelles lui-même est devenu député de la République sur la liste de l’UFDG. C’est aussi de hautes luttes que nous venons d’arracher l’organisation des élections communales en février prochain.

Par ailleurs, de par notre vigilance et notre intransigeance, Alpha Condé ne se permet pas de tout faire comme il l’avait souhaité et annoncé début 2011. Si nous arrivons aujourd’hui à manifester avec moins de représailles, c’est parce que nous nous sommes battus. C’est vraiment étonnant venant de M. Sylla qui est celui qui, avec d’autres, a toujours défendu la manière forte face  au pouvoir d’Alpha Condé.

M. Sylla croit qu’il faut changer de stratégie, mais il  est au cœur de cette stratégie depuis 2011. S’il y a eu défaillance, le leader de l’Ufc doit assumer sa part de responsabilité. Pourquoi durant tout ce temps, n’a-t-il pas proposé à l’interne une autre plus efficace.

Au fait, ce n’est pas d’une stratégie qu’il s’agit,  Sylla et ses amis ont un tout autre objectif. Donnent-il des gages au Président de la république a qui il fait une cour assidue. Il y’a des raisons d’y croire.

Mais dans tout ceci, ce qui me révolte, c’est cette velléité de rendre Cellou Dalein Diallo responsable de ce qu’il appelle échec de l’opposition. Cellou est d’abord président de l’UFDG tout comme Sylla est celui de l’UFC. En réalité, tous ces leaders sont paniqués, ils ont peur d’affronter seuls les suffrages des guinéens lors des prochaines élections locales. Ils craignent que les résultats de ces élections ne montrent enfin leurs poids politiques réels.

Nous avons dit et à l’opposition nous sommes unanimes qu’il faut que chaque parti présente sa propre liste au premier tour pour après se retrouver en alliances au 2ème tour. Si au cours de la route, des leaders sentent le roussi et qu’ils veuillent changer de stratégie ou d’aller se réfugier à la mouvance c’est libre à eux.

Propos réceuillis par Thierno Amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top