A LA UNE

Dialogue à Conakry entre les médecines guinéenne et tunisienne : entretien avec Dr Souleymane TOURE

Dr Souleymane TOURE accordant une interview à un reporter de Mosaiqueguinee.com

Du 08 au 11 décembre 2017, la Guinée abrite la première édition des Journées Guineo-Tunisiennes de la Santé. Dr Souleymane TOURE, est Directeur Général de First and Action Guinée (Faag), une société d’assistance médicale.

C’est sa structure qui, en collaboration avec deux centres médicaux de grande renommée au Maroc-la Clinique Alyssa et la Clinique Pasteur-organise cette rencontre entre les médecines des deux pays, mettant ensemble des spécialistes de la Guinée et du Maroc.

Dans une interview accordée à notre rédaction, Dr Souleymane TOURE nous parle de sa structure et de ce rendez-vous de Conakry qui se veut très ambitieux et durable.

Lisez…

Mosaiqueguinee.com : pouvez-vous nous parler d’abord de votre structure, First And Action Guinée ?

Dr Souleymane TOURE : c’est une société d’assistance médicale. Notre objectif premier c’est d’orienter en urgence les patients et d’essayer de les prendre en charge  rapidement pour ne pas qu’il y ait des complications. Certains pays ont créé ce qu’on appelle SAMI, qui permet d’appeler un numéro vert qui doit toujours chercher à filtrer l’appel et essayer de poser des questions puis faire une prise en charge rapide. Peut être que nous n’en n’avons pas les moyens pour le moment, mais on s’est dit de commencer et de rassurer les gens qui vont être conventionner chez nous.

Quand vous appelez, on peut vous poser des questions et on peut savoir s’il faut boire de l’eau ou prendre des comprimés en attendant que vous ne soyez pris en charge médicalement. Notre objectif s’explique en cinq points :

1- être un conseiller médical en ligne, être à l’écoute des patients ;

2- faire des formations en premier secours pour les patients ;

3- on fait la logistique médicale et matériel ;

4- on fait la médicalisation éloignée ;

5- on fait tout ce qui est approvisionnement médical.

Permettez qu’on parle de ce forum qui démarre ce vendredi, votre structure en est co-organisatrice, qu’est qui a poussé à sa tenue  ?

Dr Souleymane TOURE : nous sommes co-organisateurs avec les cliniques Alyssa et Pasteur de Tunisie. Ces deux cliniques ont été de vrais partenaires à nous au moment où on avait vraiment des urgences et qu’on avait besoin d’un point de chute. On envoyait toujours nos malades au Maroc, à un moment donné on s’est dit, pourquoi ne pas essayer de voir dans les autres pays ? La Tunisie est un pays très avancé dans le domaine de la médecine. On a commencé avec la clinique Alyssa, et la clinique Pasteur est venue après.

L’objectif n’est pas le forum, qui n’est qu’une action de notre partenariat.

On souhaite qu’il se tienne à chaque mois de décembre. Derrière, on veut aboutir à améliorer le système de santé en Guinée, apporter l’expertise qu’ils ont en médecine, pour notre pays.

Quel sera le contenu de ce forum, qu’est-ce qui va se passer ?

Dr Souleymane TOURE : Il va se tenir sur quatre jours. Les deux premiers jours, nous auront la partie scientifique consacrée aux échanges, à des exposés et débats médicaux. Il y aura 17 médecins tunisiens qui vont exposer, et une dizaine de médecins guinéens concernés.

Pour la troisième journée qui est culturelle, va permettre aux exposants, d’aller par exemple sur les Îles. La quatrième journée sera consacrée aux consultations des spécialistes. Les médecins vont partir dans des services de spécialité. L’intérêt est qu’ils seront reçus par des médecins guinéens pour continuer les échanges. Avec les médecins guinéens, ils vont prendre en charge des patient préalablement enregistrés

Vous avez dit en off, que ces consultations sont gratuites. Comment allez-vous faire avec les structures privées, allez-vous envoyer la gratuité dans ces centres ?

Dr Souleymane TOURE : les hôpitaux qui sont retenus sont  tous du public. Il y a l’hôpital de l’amitié sino-guinéenne, Ignace-Denn, Donka, l’hôpital mère et enfant de Coronthie, Jean Paul II et le bureau de First and Action Guinée (situé au quartier minière).

Qu’est-ce qui va couronner tout ça, y’aura-t-il par exemple un document récapitulant tous les échanges ? 

Dr Souleymane TOURE : on va essayer de travailler sur un document de synthèse pour savoir ce qui a manqué, pour une bonne réussite de l’édition prochaine.

Le gouvernement, à travers le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, est-il associé ?

Dr Souleymane TOURE : on ne peut pas parler de santé en Guinée sans parler du ministère de la Santé. Je profite déjà pour remercier le ministre de la Santé. Quand je suis parti le rencontrer, il m’a recadré sur les thèmes à débattre. On pense qu’après cette action, on ira vers le ministre pour développer d’autres projets dans le cadre du renforcement de l’amitié Guinéo-Tunisienne.

Avez-vous un message à passer ?

Dr Souleymane TOURE : je pense qu’aujourd’hui il faut que tout guinéen, de quelque domaine qu’il soit, sorte beaucoup plus de la politique pour essayer de se concentrer sur l’avenir de ce pays. Sans le gouvernement, chacun peut poser des actes et faire quelque chose. On espère que ce projet va grandir et permettre à beaucoup de médecins de  bénéficier de plus d’informations. On voudrait quand même qu’il y ait un centre Guineo-Tunisien en Guinée.

Interview réalisée par Thierno Amadou M’Bonet Camara

Commentaires

commentaires

2 Commentaires

2 Comments

  1. Pingback: Dialogue entre médecines guinéenne et tunisienne : entretien avec Dr. Souleymane TOURE | Le224.com

  2. Pingback: Dialogue entre médecines guinéenne et tunisienne : entretien avec Dr. Souleymane TOURE | Africa Report on Business

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top