A LA UNE

Grand Marché de Conakry : des commerçantes en sit-in devant la direction générale 

Tôt ce mardi 09 janvier 2018, les femmes commerçantes du grand marché de Conakry, situé au quartier Dabondy, ont entamé un  en sit-in devant la direction générale dudit marché.

Elles demandent une diminution de plus de 50% du prix de location des boutiques.

«Nous demandons la baisse des frais de location des boutiques. Moi particulièrement je suis là depuis un an trois mois. J’ai signé un contrat d’un million 550 mille francs guinéens. Depuis longtemps, nous avons fait un écrit pour demander au directeur général de baisser les prix des boutiques pour nous, parce qu’on gagne rarement des clients. A l’issue de cela, il a dit qu’il laisse les boutiques à 750 mille francs guinéens. On lui a demandé de nous laisser à 500 mille  francs  mais il a plutôt procédé à un renouvellement des contrats pour ce mois de janvier tout en maintenant les 750 mille. Hier, ils ont fermé toutes les boutiques dont les occupants ayant refusé de renouveler ce contrat. Ce matin, nous nous sommes mobilisées pour demander au directeur de baisser le prix à 500milles GNF pour nous. S’il refuse, on ne sortira pas d’ici, on va rester jusqu’à satisfaction de notre demande», a expliqué Chérif Bintou Camara, commerçante.

Selon Catherine Kamano, une autre marchand rencontrée sur place, elles ne comptent pas faire machine arrière dans leur revendication. «Nous les femmes, nous avons décidé ensemble et nous allons continuer jusqu’au bout. Il faut qu’il diminue à 500 mille», a-t-elle lancé.

Rencontré dans son bureau par notre reporter, le directeur général du grand marché de Conakry, Elhadj Abou Bilaly, n’a pas souhaité commenter cette affaire. «Il n’y a aucun problème ici. Ces femmes, nous sommes en train de trouver la solution avec elles. Mais ce qui reste clair, ce qu’on ne va pas communiquer à la presse sur ce dossier. C’est tout ce que je peux dire», a-t-il laissé entendre.

Lorsque nous quittions les lieux, ces femmes avaient formé une délégation d’au moins cinq (5) d’entre elles, pour tenter de négocier avec le directeur général du marché.

Mamadou Sagnane

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top