Actualités

Aliou Bah s’attaque aux « faux défenseurs » de Sékou Touré (Tribune)

Je trouve souvent curieux et regrettable le fait que dès qu’on parle du régime sanguinaire de Sékou Touré, certains s’agitent alors qu’ils n’ont même pas le courage de s’approprier, à travers un engagement, son héritage politique. Sinon la cohérence voudrait qu’ils militent au PDG-RDA pour en faire le premier parti politique en Guinée sous l’ère du multipartisme intégral. Comme ça ils auront la possibilité de ramener démocratiquement son système au pouvoir au lieu de nous tympaniser avec des gros mots, de la rhétorique stérile et de fausses émotions.

Ils pourront ainsi rétablir les pendaisons publiques qu’ils cherchent encore à justifier, rouvrir le camp Boiro et recréer la milice populaire. La démocratie permet tout cela à condition de réussir à mobiliser la majorité de l’électorat en sa faveur. Je rappelle qu’il y a encore des militants du nazisme en Allemagne, du Ku Klux Klan aux États Unis et des Khmers rouges au Cambodge qui s’expriment et s’assument. Sans avoir un pouvoir politique de décision, ils sont au moins cohérents dans ce qu’ils défendent. A ce que je sache, le PDG-RDA n’est ni suspendu ni dissout. Bien qu’il n’arrive même pas à tenir une réunion de bureau mais il existe encore. Alors, que les nouveaux disciples et nostalgiques de sa barbarie aillent lui redonner un contenu et une vitalité afin qu’il soit visible dans l’arène politique. En réalité, les soutiens théoriques du régime despotique de Sekou Touré sont les plus passionnés de la liberté et de la démocratie ( proposez-leur le choix d’une vie entre la France et Cuba, vous verrez ! ).

Et pourtant ce sont ces valeurs dont il a privé ses compatriotes pendant 26 ans de totalitarisme. Et le résultat se résume entre misère et désolation. Alors s’ils n’ont pas ce courage de s’assumer, qu’ils continuent de se cacher derrière leurs claviers sans déranger ceux qui se battent honnêtement pour faire bouger les lignes. Les petits esprits en manque d’arguments objectifs pour défendre cette forfaiture de l’histoire sont spécialistes des raccourcis ethniques ( lorgner le nom de famille de celui qui s’exprime pour lui porter un préjugément. Ces astuces ne peuvent plus distraire car non seulement son régime à fait des victimes dans toutes les communautés mais aussi son système a été une catastrophe pour toute la Guinée. D’ailleurs aucune communauté ne peut porter la responsabilité de l’échec ou la réussite d’un homme et son entourage. Enfin ses pseudo défenseurs ont une démarche aussi contradictoire et paradoxale que le profil soi-disant révolutionnaire de l’homme lui-même.

Ils le défendent pitoyablement sur les réseaux sociaux mais ne savent même pas où se trouve le siège de son parti qui symbolise pourtant le reste de son combat. Sekou Touré qui se faisait passer pour un socialo-communiste, n’est-il pas mort dans un confortable lit d’hôpital à Cleveland aux États Unis ( le plus grand pays capitaliste au monde ) ? Pourquoi ne se soignait-il pas à Donka, Ignace Deen, Moscou, La Havane ou à Pékin ? Notre histoire politique est à revisiter profondément car elle est truffée de mensonges. Et ceux qui tiennent à perpétuer cet état de fait doivent être remis à leur place. Le moment est venu d’en parler pour faire tomber les masques et ressortir la substance dont nous avons besoin pour faire évoluer notre pays.

Le combat continue Aliou BAH Directeur de com du BL

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top