Urgent : les syndicalistes Aboubacar Soumah et Portos déférés et placés sous contrôle judiciaire – Mosaiqueguinee.com
A LA UNE

Urgent : les syndicalistes Aboubacar Soumah et Portos déférés et placés sous contrôle judiciaire

La plainte de  Souleymane Sy Savané contre Aboubacar Soumah, récemment élu nouveau Secrétaire général du SLECG et Abdoulaye Portos, pour vol par effraction, usurpation de titre et faux et usage de faux prend une nouvelle tournure.

Ce jeudi 1er février 2018, après la gendarmerie de Dixinn, les protagonistes du SLECG se sont tous rendus au Tribunal de Première Instance de Dixinn,  chargé désormais de l’affaire.  

Au sortir de l’audition, l’avocat des accusés s’est confié à la presse. Me alifou Béavogui a souligné que c’est un dossier vide.    

« La procédure vient d’être déférée au tribunal de première instance de Dixinn, au parquet du procureur de la République qui a reçu le dossier, qui a reçu mes clients en ma présence et qui a décidé de les poursuivre pour des infractions de vol par effraction, d’usurpation de titre et de fonction et de faux et usage de faux. Le procureur a décidé de saisir le doyen des juges d’instruction pour des besoins de l’enquête judiciaire. Nous avons rencontré le doyen, mes clients ont rejeté les accusations  articulées contre eux. Ils n’ont ni volé, ni usurpé un quelconque titre », defend-t-il.

Me Salifou Beavogui précise par ailleurs que ses clients ont été placés sous contrôle judiciaire. Il dit tout de même être surpris qu’ils soient interrogés sur l’infraction de faux et usage de faux, alors qu’à l’enquête préliminaire, il n’en a pas été le cas.   

«Aucun mandat n’a été décerné contre eux. Par contre, Ils ont été placés sous contrôle judiciaire. Ce qui est une mesure restrictive de liberté, mais entre la peste et le choléra, je pense qu’il faut choisir le moindre. En tout cas, le procureur de la République en premier lieu, et le doyen des juges ont estimé qu’en cette matière, la détention n’est pas nécessaire pour la manifestation de la vérité», se réjouit  l’avocat.

Selon Me Salifou Beavogui, le travail revient désormais au juge d’instruction, qui travaillera à charge et à décharge, afin d’établir si les accusés vont être renvoyés devant un tribunal correctionnel pour un jugement.

Dossier à suivre !

Abdourahamane Diallo  

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top
// Infinite Scroll $('.infinite-content').infinitescroll({ navSelector: ".nav-links", nextSelector: ".nav-links a:first", itemSelector: ".infinite-post", loading: { msgText: "Loading more posts...", finishedMsg: "Sorry, no more posts" } }); $(window).unbind('.infscr'); $(".inf-more-but").click(function(){ $('.infinite-content').infinitescroll('retrieve'); return false; }); $(window).load(function() { // The slider being synced must be initialized first $('.post-gallery-bot').flexslider({ animation: "slide", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, itemWidth: 80, itemMargin: 10, asNavFor: '.post-gallery-top' }); $('.post-gallery-top').flexslider({ animation: "fade", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, prevText: "<", nextText: ">", sync: ".post-gallery-bot" }); }); });