A LA UNE

Victimes d’attaques, les NFD pointent du doigt l’UFDG

Au cours de la dernière journée de campagne (vendredi 02 février 2018), le parti Nouvelles Forces Démocratique (NFD) a été victime d’attaques le long de l’axe Hamdallaye-Enco5 faisant une vingtaine de blessés et de dégâts importants. Au cours d’une conférence de presse tenue ce samedi, le leader du parti a carrément pointé un doigt accusateur sur l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) qui est selon lui à l’origine de plusieurs autres agressions qu’a subies sa formation politique.

En effet, depuis le lancement de la campagne électorale au compte de ces élections communales et communautaires, les responsables des NFD n’ont cessé de se plaindre pour des cas d’intimidations, d’attaques et d’agressions. Des actions disent-ils qui émanent très souvent de leurs adversaires politiques, principalement l’UFDG.

Choisi par la Commission Nationale Electorale Indépendante (CECI) de Ratoma pour la dernière journée de campagne, le parti NFD était le seul censé occuper l’espace public selon le leader des Nouvelles Forces Démocratiques.

Honorable Mouctar Diallo revient sur le film des évènements.

« A l’occasion de la dernière journée de campagne, le parti NFD a fait l’objet d’attaques, d’agressions qui ont causé des dégâts avec beaucoup de blessés et des véhicules endommagés. Nous avons pris départ avec une très forte mobilisation à partir du siège à Hamdallaye pour aller à Wanindara où il devait se tenir le meeting. Arrivés au rond-point de Bambéto, les militants de l’UFDG nous ont insultés, nous avons continué sans répondre aux provocations. Au rond-point de Cosa, d’autres militants étaient regroupés pour encore nous provoquer. A ce niveau, ils nous ont agressés devant des journalistes qui étaient là », a-t-il fait savoir.

Sur la réaction passive de ses militants, le président des NFD déclare que par instruction du parti, personne n’a été autorisé à répondre aux agressions.

« Heureusement, au niveau de mon parti, nous avons donné des consignes fermes de ne pas répondre aux provocations sinon cela allait être grave. Nous avons dans nos rangs des jeunes qui peuvent répondre et qui veulent d’ailleurs répondre, heureusement qu’ils sont disciplinés et ils respectent à la lettre nos consignes de non-violence qui leurs sont données. Nous sommes partis à Wanindara tenir notre meeting, d’autres sont allés à l’hôpital, les autres qui étaient blessés, mais qui pouvaient continuer avec nous sont venus », a dit Honorable Mouctar Diallo.

Cependant, au retour du meeting, les militants des NFD ont décidé d’éviter la route Le Prince pour ne pas disent-ils provoquer de nouveaux accrochages Ils ont finalement pris la littorale.

Au-delà de ce cas précis, le président des NFD affirme que les militants et responsables de son parti sont régulièrement victimes d’attaques et de menaces provenant de certains militants et responsables de son ancien allié, UFDG.

Pour finir, le parti se réserve de porter plainte contre son ancien allié et privilégie la paix et l’entente à travers un dialogue franc et constrictif pour le bien des deux parties.

Mouctar Barry             

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top