A LA UNE

Violences post-électorales en Guinée : le parti au pouvoir demande à l’Etat de sévir

 

Les violences post-électorales qui se font sentir un peu partout à travers le pays, semblent inquiéter le parti au pouvoir.

Dans une déclaration rendue publique ce jeudi 08 février 2018 à son siège, le RPG Arc-en-ciel, qui a condamné ce qu’il a qualifié de chienlit, invite les autorités à prendre des dispositions immédiates pour que cessent ces violences.

« …En effet, il est impérieux et plus que nécessaire que violences cessent immédiatement. C’est pourquoi nous invitons les autorités du pays à prendre leur responsabilité pour que cessent ces chienlits à travers le pays afin que les populations guinéennes trouvent la paix parce que ça fait partie du devoir régalien de l’Etat. Nous invitons les autorités à prendre toutes les dispositions nécessaires et immédiatement pour mettre fin à ces bagarres», a lancé Lansana Komara Secrétaire administratif du RPG Arc-en-ciel.

Plus loin, dans sa déclaration, le parti présidentiel qui, il faut le rappeler a perdu le cœur de Conakry (Kaloum) pendant ces communales, accuse l’UFDG et ses militants.

«Ces pratiques surannées qui ont toujours porté la marque de l’UFDG contre nos militants, ont atteint cette fois-ci un niveau de cruauté insupportable. Nous saisissons ces lignes pour condamner avec la dernière énergie ces crimes crapuleux commis surtout à Kalinko », a déclaré Komara.

Parlant de ces affrontements meurtriers à Kalinko dans la préfecture de Dinguiraye, la direction nationale du parti a présenté ses condoléances aux familles des victimes.

A rappeler qu’hier, le chef de file de l’opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo, criant, lui aussi à la fraude, a déclaré que ça sa patience a des limites.

Mamadou Sagnane

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top