Actualités

Les ONG plaident pour la participation des jeunes et des femmes aux instances de prises de décisions

Le consortium des Femmes et Jeunes de Guinée pour la Paix (FEMJEUGUIP), la Coalition des Femmes et Filles de Guinée  pour le Dialogue, la Consolidation de la Paix et le Développement (COFFIG-DCPD) et le Réseau Afrique Jeunesse de Guinée (RAJGUI) ont présenté ce vendredi, 09 février 2018, le document de plaidoyer auprès des décideurs sportifs.

Objectif, accroitre la participation des jeunes et des femmes aux instances de prise de décisions.

Dans son discours de circonstance, la secrétaire générale des femmes et jeunes pour la paix FEMJEUGUIP et porte-parole du consortium, est revenue sur les statistiques quelle juge faibles et insuffisantes dans le cadre du positionnement des femmes et des jeunes au niveau des instances de prise de décisions.

« Nous sommes au regret de constater que les femmes et les jeunes ne sont pas pris en compte .et pour cause, sur 114 députés,  il n’y a que 24 femmes députées ,5 femmes ministres sur 33 soit un taux de 21%, 0% de jeunes ministres ,5 femmes commissaires au niveau de la commission électorale nationale indépendante sur 25 ,0% de jeunes commissaires de la commission électorale nationale indépendante soit 0%,15 femmes membres du conseil économique et social sur 45 soit 33%,un jeune homme membre du conseil économique et social sur 45 soit 0%,8 femmes commissaires de l’institution nationale indépendante des droits humains sur 33 soit un taux de 24% ,1 femmes sur 8 gouverneurs de région soit un taux de 12%,2 femmes préfets sur 33 soit 3%,4 femmes sur 204 sous-préfets ,5 femmes sur 38 maires de communes urbaines ,6% de femmes dans l’armée,15% de femmes dans la gendarmerie et enfin 23% de femmes au niveau de la police et la protection civile », a déploré Hadja Fadima Haidara.

Au regard de ces statistiques non reluisantes, certaines personnes de bonne volonté s’engagent déjà à promouvoir la participation des femmes et des jeunes à des instances de prise de décision.

« De par cette rencontre, je suis d’avantage engagé pour faire de la participation des jeunes et des femmes aux instances de prise de décisions, ma préoccupation principale,  non seulement au niveau du basket-ball, mais aussi au niveau des autres disciplines sportives», a promis le président de la fédération guinéenne de basket-ball.

Il faut préciser que ce document a été présenté au ministre  de l’unité nationale et de la citoyenneté et à celui de l’administration du territoire et de la décentralisation le mois de décembre 2017.

 

Bouka Barry

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top