A LA UNE

Les Finances épinglées : Excès de dépenses, Malado Kaba accusée et menacée (enquête)

La gestion macro-économique du régime d’Alpha Condé, reconnue même par ses adversaires politiques les plus irréductibles, semble prendre un coup dur pour ce premier trimestre de la nouvelle année.  

Les financiers y seraient pour beaucoup, accusés de gestion fantaisistes en accordant des autorisations de payement aux entreprises, bref aux partenaires avec lesquels l’Etat collabore.  

« On ne peut pas parler de détournements en attendant qu’il soit prouvé une complaisance notoire dans la délivrance par la Ministre des finances des AP aux sociétés en contrepartie d’un dessous de table important comme on en a l’habitude en Guinée. Pour le moment, il s’agit d’une très mauvaise programmation des finances », a confié à notre reporter un haut responsable des finances.

Dans tous les cas, il s’agit d’une déconvenue préjudiciable au programme avec le FMI, un programme qui pourrait ainsi prendre un coup majeur, car le montant en jeu, donne du vertige. Il s’élèverait à près de 2 mille milliards de FG.

Tout a commencé quand la banque centrale a écrit au Président de la république, pour lui faire part de son inquiétude de l’endettement du trésor auprès de la banque centrale à hauteur de ce montant mis en cause.

Il n’en fallait pas moins pour provoquer l’ire du taulier de Sékhoutoureya dont le pays était jusqu’ici apprécié pour sa discipline budgétaire.

La randonnée des personnes concernées, commença au palais pour permettre à Alpha Condé de comprendre le laxisme des finances à faciliter cette indiscipline budgétaire.

Dans les départements, on continue d’interroger les responsables à différentes chaînes de dépenses.  On a appris hier jeudi au près d’un DAF, qu’ils étaient convoqués à leur tour par leur patron de tutelle, le ministre du budget pour comprendre les programmations des dépenses qu’ils ont autorisées dans leurs départements respectifs.

En tout cas au plus haut niveau, des têtes pourraient tombées, même si on tente de rassurer que la situation est sous contrôle.

Nous y reviendrons !

Mohamed

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top