A LA UNE

Usine de Fria : l’agenda de relance sera-il respecté?

« L’usine d’alumine de Fria sera relancée en avril 2018 avec une capacité graduelle de 650 mille tonnes », avait déclaré, il y a quelques mois, le ministre d’Etat à la présidence de la république, chargé des investissements et des partenariats public-privés, Ibrahima Kassory Fofana, conforté par le représentant de la Société Rusal en Afrique, Pavel Vasiliev.

Seulement à moins d’une semaine  avant cette date historique très attendue dans la ville et ses environs, l’on se pose des questions à savoir: est-ce que l’espoir est toujours permis de la part de la population locale ou encore, est-ce que le chronogramme de relance sera respecté par le patron russe? Autant de questions qui ont amené votre quotidien en ligne: Mosaiqueguinee.com à aller à la rencontre de quelques acteurs de la réhabilitation de la raffinerie d’alumine et des citoyens.
Bory Barry, exploitant et membre actif du collectif des travailleurs de la compagnie situe le niveau de réhabilitation de l’usine.

« Les travaux de relance de l’usine de Friguia se situent aujourd’hui à 98%. La société est normalement approvisionnée en matériels industriels, en équipements de sécurité, en carburant pour le fonctionnement des machines, en pièces de rechange et technologies modernes de dernière génération dans le cadre de sa modernisation. Les carrières sont déjà préparées en prélude à la production. Les dernières choses à poursuivre pour boucler les travaux de redémarrage demeurent, l’entretien sur les chaudières. Cela devrait prendre une à deux semaines », précise-t-il.

Interrogé sur ce qui est visiblement sur toutes les lèvres et alimente tous les conversations, Fodé Moustapha Camara, conducteur cabine au sein de la même entreprise estime que: « Les travaux sont avancés à plus de 95%, les feux sont au vert et les travailleurs se relaient d’arrachepied dans les différents secteurs techniques de l’usine, de la maintenance aux engins lourds en passant par le groupe énergétique en vue de livrer les clés de la relance à temps », rassure-t-il.

Alseny Sylla, citoyen domicilié au quartier Sabèndè, l’une des grandes cités ouvrières de Fria est lui pessimiste.

Je reste partagé entre espoir et doute. C’est vrai que le gros du travail a été fait, mais nous apprenons en ville que toutes les chaudières ne sont pas encore opérationnelles. Ce qui du coup peut pour plusieurs jours voire des semaines, retarder la réouverture de Friguia contrairement au calendrier de reprise, car les installations ont besoin de beaucoup d’énergie pour la transformation de la bauxite en alumine. Cela fait craindre », s’inquiète-t-il.

Toutes nos tentatives de rencontrer la direction générale de Rusal-Friguia se sont révélées vaines.

Pour rappel, la Société minière Rusal à travers un protocole d’accord paraphé avec le gouvernement guinéen s’était engagée à relancer la raffinerie d’alumine de Friguia au mois d’avril 2018.

Nous y reviendrons

A.C Fria pour Mosaiqueguinee.com

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top