A LA UNE

Bantama Sow se lâche contre les joueurs du Syli : Le ministre des sports n’a vraiment pas tort

Le coup de gueule du ministre des sports contre les joueurs du Syli national, à l’occasion d’une cérémonie qui célébrait le triomphe sur le continent d’une autre discipline, le handball, continue d’alimenter les débats.

Pour rappel, Bantama Sow, sans langue de bois et sans complaisance, a jeté le pavé dans la marre en dénonçant cru ce qui semble être une réalité embarrassante et écœurante dans le monde du sport guinéen, en l’occurrence les défaites à répétion de l’équipe nationale de football.  

Le premier responsable du département des sports, principal bailleur de fonds du Syli, bref de toutes les équipes nationales, a ensuite, au gré certainement des exigences de la population, basées sur les résultats, dénoncé l’attitude déshonorante de certains joueurs.

Communiquer autrement, est une alternative qui pouvait aussi passer chez les Guinéens, mais pas assez mieux. Le ministre en étant conscient, a alors préféré la forme crue et franche comme il se définit d’ailleurs.  

Avec le recul et une analyse dénuée de toute passion et d’affinités, le discours du ministre qui a le mérite d’amenuiser la colère des populations, dépeint le comportement intolérable de certains des joueurs du Syli.

Pour rappeler aux mémoires qui accepteront de se souvenir, n’est-il pas vrai qu’après chaque défaite du Syli, des joueurs appelés des professionnels, donnent l’impression de n’en avoir cure de la colère saine des supporteurs, par des vadrouilles nocturnes de toute sorte ?

N’est-ce pas, que lors du dernier regroupement comptant pour le match amical du Syli contre son homologue de la Mauritanie, ces joueurs dits des professionnels, n’ont-ils pas menacé et de façon incessante, de bouder les entraînements, si la prime qualifiée de modique par rapport aux salaires qu’ils perçoivent en club, ne leur est pas payée ?

N’est-ce pas que des joueurs, dits des professionnels, font de la sélection, un rendez-vous où tout est permis, au pire la belle aventure avec des compagnies de sexe différent ?

Il est aussi vrai qu’il y a de ces joueurs, qui sont moins nombreux, qui estiment, que la sélection est un honneur qu’il faut mériter.

De tout ce qui précède, il s’avère que la sélection est pour certains de nos soit-disants professionnels, une récréation à l’effet de souffler.  

Aseptisons au mieux la plaie pour éviter qu’elle se gangrène.

 

Lamine Mognouma Cissé

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top