Actualités

Lutte contre les MGF: le Guinéen, Morissanda Kouyaté, lauréat d’un prix aux Etats Unis

Il lutte depuis 34 ans pour que cessent les violences faites aux femmes, à travers le monde. Ce combat de  docteur Morissanda  Kouyaté contre les mutilations génitales féminines vient d’être récompensé aux Etats Unis.

Ce médecin guinéen, également directeur exécutif du comité inter-africain de la lutte contre l’excision, a reçu le 19 mars dernier le prix « de la Réussite de la vie » décerné par le collectif « Briser le silence » qui récompense chaque année  des personnalités qui s’illustrent dans la lutte contre les violences basées sur le genre. Ce collectif  regroupe l’ensemble des organisations internationales de défense des droits des femmes et des filles.

Ce prix, énième du genre pour le bénéficiaire,  vient ainsi récompenser plus de trois décennie d’engagements Dr Morissanda Kouyaté, que beaucoup qualifie désormais de légende vivante de la lutte contre l’excision.

Pour rappel, Docteur Morissanda fait partie de ceux qui ont inspiré les Nations Unis à instituer la journée mondiale « tolérance zéro aux mutilations génitales » en 2003,  ainsi que de la charte africaine des Droits des femmes et des peuples relative aux droits des femmes. En décembre 2012, cet originaire de Kouroussa, fut l’un des inspirateurs de la résolution 67/146  de l’assemblée générale des Nations Unis interdisant les mutilations génitales dans le monde.

En Guinée, docteur Morissanda Kouyaté s’est battu sans relâche pour faire baisser le taux si élevé de l’excision. Dans plusieurs villages, il a réussi à convaincre des exciseuses qui ont fini par déposer leurs couteaux.  Ses plaidoyers ont fini par toucher même les autorités guinéennes au plus haut niveau, notamment, le premier ministre et le chef de l’Etat. En Août 2016, le premier ministre guinéen, Mamady Youla lançait officiellement  la campagne nationale pour l’abandon des mutilations génitales féminines, dénommée « Vacances sans excision » dans tout le pays.

 Le président de la République, dans une université, en 2015, s’était prononcé officiellement sur la nécessité d’abandonner cette pratique traditionnelle en Guinée.

En réaction à ces différents engagements de l’exécutif guinéen, Docteur Morissanda Kouyaté avait crié victoire avant de décerner le 29 janvier 2018, un prix continental au président guinéen à Addis Abeba pour récompenser les efforts de ce dernier dans ce combat.

Antoine Kourouma

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top