Actualités

L’avocat de la société ICH à Tiégboro: « aucune excuse ne lui a été présentée »

Vendredi dernier, l’interpellation du conseiller financier du directeur général de la société de transformation des noix de cajou, International Cashew Holding SA-U par des agents du service dirigé par le Colonel Moussa Tiégboro Camara a relancé contentieux entre les deux entités.

Dans un de nos précédents articles, le Colonel Moussa Tiégboro Camara laissait croire qu’au cours de son audition dans ses locaux, Antoine Onivogui avait reconnu avoir commis un tort à l’antenne et avait même présenté des excuses.

Dans un écrit adressé au Colonel Tiégboro, Modibo Camara l’avocat de l’entreprise a démenti carrément cette information et accuse l’officier d’acharnement.

« Contrairement aux allégations de Moussa Tiégboro CAMARA, aucune excuse ne lui a été présentée. Il lui a été simplement rappelé qu’il n’est ni PRÉSIDENT DU TRIBUNAL DE TRAVAIL encore moins L’INSPECTEUR GÉNÉRAL DU TRAVAIL pour s’arroger le droit de s’immiscer de manière cavalière dans les relations contractuelles entre un employeur et ses employés. Aussi, il lui a été dit clairement, qu’il est mal inspiré d’apprécier une procédure de licenciement engagée par un employeur contre ses employés », peut-on lire dans cet écrit dont mosaiqueguinee.com a obtenu copie.

Poursuivant, Me Modibo Camara révèle certains propos tenus par l’officier et porte d’autres accusations contre lui.
« Par ailleurs, il y a lieu de relever que lors de cette scène de représentation théâtrale du vendredi, 27 avril dans sa cour royale, il n’a pas manqué de traiter les services de l’inspection générale du travail de « pagailleurs » et ses supérieurs hiérarchiques qui l’on interpellé pour lui faire entendre raison, « d’officiers irresponsables ». Ce qui est monstrueux dans ses égarements verbaux, c’est lorsqu’il tente grossièrement d’embellir ses indélicatesses par une hypothétique confiance dont il bénéficierait de la présidence. Il y a urgence de faire comprendre au Chef de l’Etat que ce monsieur est à tous égards une bombe à fragmentation liberticide pour son régime », a ajouté l’avocat qui soutiendra que la société International Cashet Holding ne se laissera pas intimider.

Pour rappel, Antoine Onivogui avait été interpellé vendredi passé alors qu’il venait juste d’intervenir dans l’émission « les grandes gueules », animée par nos confrères d’Espace FM.

Focus mosaiqueguinee.com

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top