Actualités

Rencontre de la jeunesse CEDEAO à Ouaga: discours du Guinéen Aboubacar Koita

Mesdames, Messieurs, en vos rangs, titres et qualités.

Le peuple de Guinée en général, sa jeunesse en particulier, par ma voix, vous adresse sa salutation fraternelle et respectueuse à l’occasion de cette 2ème Rencontre annuelle  de l’organisation jeunesse CEDEAO ici à Ouagadougou et félicite le bureau burkinabè pour la qualité de l’accueil et l’hospitalité dont nous avons bénéficié depuis notre arrivée.

A Bamako en Octobre dernier, nous avons rendu possible la première édition du Forum Ouest africain de la jeunesse CEDEAO avec confiance, détermination et foi dans l’avenir autour du rôle de la jeunesse dans l’intégration et la Sécurité de notre espace commun. Nous voici à nouveau réunis, cette fois pour discuter des questions essentielles de notre organisation sous-régionale mais dans un contexte qui nécessite sa redynamisation afin de répondre aux énormes défis et exigences du moment.

Au nom de mes collègues du Bureau National guinéen et à mon nom personnel, j’apporte ici solennellement notre soutien sans faille au nouveau Bureau Malien qui est présidé par le Camarade Thiam Al-Bachir et nous leurs adressons toutes nos félicitations et nos meilleurs vœux de succès.

Les tâches qui vous attendent chers camarades sont à la fois multiples et complexes.  Nous comptons sur votre engagement pour réaliser notre idéal commun d’une Jeunesse CEDEAO responsable, dynamique et consciente afin de rendre notre espace ouest-africain mieux intégré, plus pacifique et plus prospère. Nous condamnons énergiquement le bicephalisme qui était orchestré et parrainé par quelques individus mal intentionnés et appelons le Bureau Régional à prendre toute sa responsabilité afin de stabiliser et rendre dynamique ce niveau bureau malien au bénéfice de la jeunesse malienne toute entière.

Qu’il me soit permis de saisir cette occasion pour rendre un hommage mérité au Gouvernement guinéen à travers Monsieur Moustapha  NAITE, Ministre guinéen de la Jeunesse qui, depuis l’annonce du choix porté sur notre pays pour abriter la deuxième édition du F.O.A.J.C  nous a grandement ouvert ses portes  et s’est pleinement impliquer personnellement afin de rendre l’édition guinéenne une totale réussite. Qu’il trouve à travers ces modestes mots, nos remerciements et notre profonde reconnaissance.

Sur le plan politique, il n’est secret pour personne que notre espace fait face à des difficultés qui se matérialisent par l’instabilité politique en Guinée-Bissau, au Togo , les manifestations violentes en Guinée et les signaux des futures instabilités politiques dans les pays qui s’acheminent vers des échéances électorales dans les mois et années à venir.

Au cours de ces dernières années, j’ai suivi de près l’évolution de la situation en Guinée-Bissau, au Togo, en Guinée et en Côte-d’ivoire, nous devons ici et maintenant mener une réflexion sérieuse autour de ces questions afin de proposer des solutions concrètes et appeler toute la classe politique de ces pays à faire preuve de responsabilité et de dépassement pour préserver les acquis démocratiques et éviter des lendemains incertains. C’est le lieu aussi de féliciter la CEDEAO pour ses dernières décisions concernant la Guinée-Bissau et le Président guinéen le Pr Alpha Condé pour sa médiation remarquable. Nous souhaitons bonne chance au nouveau gouvernement nommé mercredi soir passé.

Sur le plan sécuritaire, malgré quelques volontés politiques affichées par nos gouvernants, les attaques quotidiennes au nord Mali, au Nigeria et au Burkina-Faso montrent clairement que la menace terroriste reste une  préoccupation majeure pour notre sous-région. Et en tant que Jeunes, nous avons toutes notre partition à jouer afin d’éradiquer définitivement ce phénomène qui humilie notre espace commun.

Il nous faut en même temps lever tout amalgame dans la terminologie : il n’y a aucun Etat islamique en Afrique de l’ouest correspondant aux visées terroristes de ces groupes rebelles et terroristes , Ils restent ce qu’ils sont et l’islam n’a rien à voir avec le terrorisme et sa folie meurtrière. En associant l’image de la religion musulmane à cette barbarie on obscurcit l’objet en question et l’on s’éloigne de l’essentiel.

Chers collègues, concernant la très préoccupante problématique de la migration irrégulière, force est de constater que depuis quelques années, de nombreux jeunes ouest-africains meurent de soif et de faim dans le désert ou se noient dans la méditerranée en courant vers l’eldorado virtuelle que représente l’Europe à leurs yeux. C’est cela le drame de l’immigration irrégulière. Le moment est alors opportun en tant que jeunes de mener des études sérieuses et conséquentes et proposer des solutions appropriées afin de l’éradiquer. Nous devons en même temps, trouver des réponses claires au chômage des jeunes et à la pauvreté qui constituent les sources de motivation des candidats potentiels à cette aventure dégradante. C’est pourquoi, nous avons choisi comme thème Central pour la deuxième édition du forum Ouest africain de la jeunesse CEDEAO qui se tiendra à Conakry en septembre prochain :  » La migration irrégulière et les défis de l’entreprenariat jeunes dans l’espace CEDEAO « .

Mes chers Collègues, les défis politiques, économiques et sécuritaires de notre sous région mettent en évidence l’ampleur sans cesse croissante de la mission que nous devons assigner à notre organisation de jeunesse aux côtés de nos dirigeants et gouvernants . Mais nos ambitions de responsabilisation, d’autonomisation et d’implication des jeunes dans la recherche des solutions fiables aux maux qui minent aujourd’hui notre espace resteront vaines si nous n’arrivons pas à mobiliser conséquement des moyens nécessaires à leur mise en œuvre. Sur ce, je propose au nom de mon pays l’instauration d’une cotisation symbolique par pays chaque année afin d’assurer notre fonctionnement et garantir notre indépendance dans nos actions et nos prises de position. Pour sa part, le Bureau Régional doit poursuivre l’identification des actions fortes nous permettant d’affirmer notre leadership sous-régional et aller à la recherche des partenaires crédibles qui pourront nous accompagner dans l’atteinte de nos objectifs.

Mes chers Collègues, Je voudrais, pour terminer, vous dire que j’ai foi en la Jeunesse CEDEAO, en son avenir, et à la place qu’elle peut jouer aux côtés des décideurs de notre sous-région, en Afrique et dans le monde.

J’ai foi en sa capacité à faire entendre éloquement la voix de la jeunesse, sur les grandes questions de notre espace, de l’Afrique et de la planète afin de concevoir et construire une région moderne et prospère.

Je suis convaincu qu’ensemble, unis et solidaires, nous pourrons relever tous ces défis et réaliser nos ambitions communes.

Je vous remercie de votre attention,

Thank you very for your kind attention!

Ouagadougou, le 30 Avril 2018

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top