Actualités

Littérature : une écrivaine haïtienne immortalise Camara Laye à travers une nouvelle oeuvre

Publié en 1953, le roman, L’enfant Noir de  Camara Laye continue non seulement de forcer  l’admiration, mais de résonner aussi dans la mémoire du monde littéraire.

C’est pourquoi,  l’écrivaine  Elsie Au Gustave, de nationalité haïtienne a dédié un roman  intitulé : «  Autour de L’enfant Noir de  Camara Laye ».

Objectif, vulgariser le contenu  de son roman et permettre aux enseignants de l’utiliser pour faire davantage connaître la richesse de la culture africaine.

Il a été présenté ce week-end à la bibliothèque du Pr Djibril Tamsir Ndiane sise à Commandaya, dans la commune de Dixinn.

Composé de 214 pages, le roman ‘’Autour de L’enfant Noir de Camara Laye’’, est selon l’auteure, Elsie Au Gustave, une mémoire vivante qui a servi et favorisé la qualification de  la langue française non seulement en Guinée, mais aussi en Haïti. D’où sa motivation de le  vulgariser à nouveau à l’effet de participer à la revalorisation de la langue française.

« Le roman L’enfant noir de Camara Laye a une importance capitale. Il a servi d’outil pour l’analyse et la réflexion dans des cours de français pour les niveaux secondaires et universitaires. Il a été la source d’inspiration pour toutes les personnes qui avaient envie de comprendre la littérature africaine. Ce roman met l’accent sur la langue française de l’expression écrite à  la création littéraire. Il a permis la compréhension lexicale, syntaxique de  la langue française. Également, il a favorisé et encouragé la lecture active et attentive de toutes les œuvres qui parlent de la littérature africaine. Un tel roman doit être revigoré à chaque instant pour renforcer et qualifier d’avantage la langue française », a indiqué l’écrivaine.

Présidant la cérémonie, l’ami de Camara Laye, le Pr Djibril Tamsir Ndiane, a profité de l’occasion pour rappeler l’utilité de cette œuvre sur la valorisation de l’identité africaine pendant l’époque coloniale.

«  Le roman, l’enfant noir de mon ami Camara Laye a donné la force, le courage et l’abnégation  à l’ensemble de tous les États Africains au moment où ces États étaient sous domination coloniale. De par ce roman, les africains ont appris la manière de  vivre dans la société, le respect mutuel, l’amour, l’entente, la fraternité et la cohésion sociale», a rappelé le Pr Djibril Tamsir Ndiane devant les écrivains venus D’Haïti et de la Guinée.

Dans les jours à venir, des ateliers de  vulgarisation, d’échange autour de ce livre seront organisés dans les institutions d’enseignement pré-universitaire et universitaire avec les élèves, les étudiants et les enseignants pour vendre davantage ce roman qui ne cesse d’impressionner et d’influencer le monde littéraire depuis sa publication en 1953, a laissé entendre Sansy Kaba Diakité,  le responsable de la maison d’édition Harmattan Guinée.

Bouka Barry

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top