A LA UNE

Crise politique : l’UFDG pas totalement opposée à une reprise partielle des communales

Depuis l’annonce par l’opposition républicaine de quitter le comité de suivi de l’accord du 12 octobre, des voix se multiplient pour prôner le dialogue. Cette opposition réclame toujours la publication des «vrais résultats» dans 12 circonscriptions électorales où elle estime être trichée lors des dernières communales.

La mouvance présidentielle, elle, préconise alors la reprise des élections dans ces 12 communes.  Selon Chérif Bah, vice-président de l’UFDG, l’opposition, contrairement à ce qui se dit, n’est pas du tout opposée à l’idée de reprendre ces élections.

Mais, son souhait est que ces élections ne soient pas à l’échelle des 12 communes. L’opposition veut que seuls les bureaux de vote autour desquels il y a eu contentieux, soient couverts par cette reprise.

« Sur la base des plaintes qui incriminent des bureaux de vote, nous sommes d’accord qu’on aille dans ces bureaux de vote pour reprendre les élections. Au lieu de coûter des milliards à l’Etat guinéen qui est déjà pauvre, nous préférons que ces milliards qu’on dépenserait pour des élections au niveau des communes, servent plutôt à acheter du carburant pour Donka, pour empêcher que des nourrisson meurent dans des couveuses pour manque de courant », a déclaré Chérif Bah.

Il s’agit selon le vice-président de l’UFDG, de 255 bureaux de vote.

L’autre crainte de l’opposition, en refusant d’accepter la proposition de la mouvance présidentielle de reprendre ces élections dans toutes les communes concernées, est liée à l’organe de gestion des élections, la CENI.

«Ce gouvernement étant habitué à la fraude, la CENI ayant manqué de fermeté, s’est laissée dominée, n’a pas exercé le pouvoir légal qui lui est donné… nous avons des craintes qu’il n’y ait encore des fraudes plus grave», déclare Cherif Bah.

A noter que dans toute cette bataille, l’opposition républicaine, où l’UFDG plus particulièrement, ne cherche qu’à récupérer 20 conseillers  et le contrôle de 26 quartiers.

Le vice-président de l’UFDG a donné ces explications lors de son passage dimanche dans l’émission le Club de la Presse chez nos confrères de Djigui Fm.

Thierno Amadou M’Bonet Camara

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top