Politique

Visite du ROI Mohamed 6 : La galère des reporters.

12 heures. Une poignée de journalistes assoiffés de scoop se précipitent à l’aéroport de Conakry Gbessia. Très surs d’eux, les reporters brandissent leurs accréditations aux forces de sécurité
postés au portillon de l’aérogare. Coiffés de bérets rouge, bleu et vert, ils secouent la tête en signe de non.
Puis demandent à la presse de << foutre le camp >>. Les journalistes respectent et remontent sans savoir où aller.

Les plus vexés prennent leurs téléphones et composent le numéro du directeur du bureau de presse de la présidence. M. Cissé
les soulage en les rassurant qu’il est en route et qu’il arrive pour régler le problème.
Le temps passe, le soleil tape. Tel des << clochards >>, les journalistes errent devant l’aéroport avec leurs
caméras, dictaphones et blocs-notes.

14 heures. Le groupe de journalistes se dilatent. Ils repartent pour négocier avec les bidasses. Négatif. Vos accréditations ne sont pas valables, leur a-t-on craché.
Alors que les journalistes se posaient de questions sur la crédibilité des accréditions livrées par la présidence, les hommes en tenues les assaillent avec des << quittez ici ! >>. Ils remontent et s’en remettent à Cissé dont ils guettent la silhouette.

15 heures. Le soleil continue son raid contre les hommes de médias assis à même le sol. Tout le monde ne résiste pas au pied de grue, non. Contre toute attente, un cadreur de la RTG se présente et s’active
pour sortir ses confrères de la galère. Les choses se passent bien et M. Cissé ne viendra jamais malgré ses multiples << j’arrive >>. Ils ne le verront que sur le tarmac.
Souley

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top