Politique

Séjour du Roi Mohamed VI en Guinée : Un coup à la chrétienté (Plume à Zacharie Millimouno du 06 Mars).

Une capitale à l’effigie du roi, et aussi de l’autre, de mauvais us rangés au placard le temps d’un passage, un Président étonnamment moderne qui sait même offrir un dîner d’enjeu royal, des artères garnies de nous autres qui étions programmés pour dire le salut à Sa Majesté le Roi ; vous vous l’imaginez donc sans peine, tout fut si bien construit pour accueillir Mohamed VI.

 

Accueil tout mérité par ailleurs, avec plus d’une vingtaine de conventions paraphées pour, entre autres, définitivement nous arracher au noir, apporter du pain jusqu’au dernier des guinéens, conforter un secteur privé très en essoufflement et former quatre cent imams à une meilleure prière. L’accueil et même les arrêts de la vie dus aux cortèges en valaient bien la chandelle.
Pourtant je n’en peins pas la toile qu’avec des rosiers aux pinceaux. Outre le motif d’Etat invoqué, il s’est agi d’une visite hautement islamique, quoiqu’on dise ; l’invitation que des imams à accueillir Sa Majesté le roi en dit moult. Encore là un coup à la chrétienté, un affront où l’Etat préfère la ligue islamique au Conseil Chrétien. Il est peut-être temps, ici, d’ouvrir une certaine boîte de pandore.

Commençons par le commencement, avec un principe constitutionnel inaltérable, la laïcité. Alpha Condé lui-même, Président de la République et garant de cette constitution ne paraissait pas s’accorder avec celle-ci lorsqu’il affirmait, par deux fois l’islamité de l’Etat guinéen. Le Professeur et tout l’exécutif font bien mieux que de simples déclarations ; ils vont jusqu’à nommer des imams, les payer et leur garantir le confort de Véhicules Administratifs de commodités ministérielles, ce qui n’est pas encore le cas des prêtres et des pasteurs.
Et ces maisons de prière qui sortent de terre un peu partout et qui sont le fait de financements de l’Etat ou, pour dire comme eux, de dons d’un tel Président, vous ne sauriez les dénombrer à travers la Guinée ; pourtant, et c’est là tout le mal, vous n’en trouverez pas cinq à l’Eglise qui soient construites par l’Etat. Et je confirme que l’Eglise a dû se débrouiller durant toutes ces années. Des projets du genre ont été mis à l’écart parce qu’ils avaient ceci d’irrégulier de provenir de l’Eglise.
C’est la même l’injustice qui sévit au département des affaires religieuses. En effet,les conventions prévoyaient une distribution paritaire des responsabilités entre chrétiens et musulmans à la tête de la structure. Cela est écrit et connu. Pourtant, même Koutoubou le juste supposé n’a pas levé le doigt contre une composition de plus de cent membres qui ne compte pas plus de cinq chrétiens. Allez donc savoir.

C’est ce même Koutoubou, ce juste Koutoubou qui refusait à l’Eglise, il y a peu, un terrain qu’il accordait ensuite à la ligue islamique nationale. Vous y trouverez, à Bambeto, une grande mosquée en construction sur financement turc. C’est sans parler du Stade omnisport que l’Eglise prévoyait de construire sur financement propre, avec reprise de l’Etat sur cinquante ans. Là encore, les chrétiens ont souffert d’être chrétiens.

C’est donc sous les yeux de tous que cette injustice s’entretient. Ils sont pourtant nombreux, ici, à se prévaloir justiciers. Mais rien n’est fait, personne n’en parle et la gangrène s’élargit. Je choisis de vous alerter, vous décideurs, puisque c’est là un mal qui ronge en silence le chrétien qui est aussi un guinéen, comme le musulman. Agissez où vous êtes, dans les proportions de vos responsabilités pour éviter que la frustration religieuse gonfle d’avantage.
A défaut de pouvoir agir, il reste une chose que vous seul sauriez faire : étonnez-vous !

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top