Politique

Iran – Guinée : Retour gagnant pour Dussuyer(Opinion).

En validant – même à minima- le contrat entre la fédération guinéenne de football et le sélectionneur du Syli National, le français Michel Dussuyer, la toute nouvelle ministre des sports, Domani Doré peut remercier le ciel de l’avoir mieux inspirée que son prédécesseur, Sanoussy Bantama Sow resté campé sur une position rétrogradante et sans issue pour le football guinéen.

Sans possibilité de solution de rechange, l’ancien ministre des sports, s’amusait avec le feu en s’obstinant de nier à la fédération de football ses prérogatives en matière de choix du sélectionneur de l’équipe nationale.

Cette attitude – cette immixtion du politique dans la gestion du football  – si elle persistait aurait forcement conduit la FIFA à prononcer des sanctions douloureuses pour la Guinée. Ça aurait été la plus grande idiotie politique d’autant que le ministre Sanoussy Bantama Sow ramait à contresens de la volonté réitérée des footballeurs guinéens, les premiers concernés, des dirigeants les plus en vue du football guinéen que sont les présidents de clubs locaux que sont Antonio Souaré du Horoya, Boubah Sampil de l’ASK, ou Mathurin Bangoura du CIK, pour ne citer que quelques-uns d’un ensemble plus que jamais unanime à reconnaitre les énormes progrès réalisés par le football guinéen sur l’échiquier international ces dernières années sous la houlette de Michel Dussuyer.
Reconduit à moins d’une semaine de ce victorieux match amical de Téhéran au compte de la journée FIFA, Michel Dussuyer, opère un gagnant coaching plein de signification. Il cloue le bec à tous ceux qui ont influencé l’ancien ministre Sanoussy Bantama Sow dans sa négation de l’évidence et qui voulaient empêcher Domani Doré de voir plus loin que son malheureux prédécesseur.
 Mais, en vérité, cette victoire obtenue à Téhéran face à un adversaire qualifié pour le mondial brésilien de l’été 2014, est surtout le résultat d’une équipe construite par un travail assidu de Dussuyer sur des années et plus grand que la taille de ses contestataires. C’est pourquoi, en dépit des absences et blessures de joueurs importants sinon indispensables dans le dispositif mais aussi du temps imparti, le sélectionneur a su pallier aux déficits, trouver et valoriser le potentiel et retrouver les automatismes d’une équipe unie et motivée pour la cause de son entraineur.
Si le résultat de Téhéran est un satisfaisant test  pour le public sportif guinéen, il prouve aussi tout l’intérêt de la cohésion et de l’harmonie au sein d’une équipe. Pour la fédération guinéenne de football, dont la politique générale repose sur la durée et la solidité non le factuel, la performance de Téhéran avec l’amélioration qu’elle apporterait au classement de la Guinée dans le registre de la FIFA, est une relance importante d’un programme initié depuis l’élection de son président Salifou Camara Super V. Une dynamique  malheureusement combattue et hibernée ces derniers temps par des querelles de clocher. A cet effet, toute entrave dorénavant contre ce retour gagnant de Dussuyer risque de se heurter à la colère du football national.
Mohamed Camara 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top