Politique

Affaire Hussein Kamal : Enfin le dossier pourrait être transféré ce mardi devant le TPI de Kaloum.

Il faut désormais faire comme Coué, attendre de voir pour croire, avant de jurer de quoi que ce soit. Oui méfiance, méfiance, car plusieurs fois il a été dit que ce dossier qui fait des vagues dans la cité, allait prendre le chemin de la justice, en vain !
Même les dernières annonces du Colonel Moussa Tiégboro lui-même, avaient fait pschitt ! Dans ces conditions, comment croire à cette autre, cette énième annonce ?
Face à cette sorte de tergiversation doublée de mauvaise foi dans ce qui ressemble à un poker mentir, une ou deux questions s’imposent à l’esprit : Pourquoi ce dossier portant escroquerie, abus de confiance portant sur plusieurs millions de francs guinéens et de milliers de dollars Us, pris aussi bien à des hommes d’affaires guinéens que libanais-pourquoi ce dossier a été longtemps gardé aux services spéciaux du Colonel Moussa Tiégboro Camara ?

Pourquoi ce dernier a-t-il autant trainé les pieds à transmettre ledit dossier devant le TPI de Kaloum, juridiction compétente pour en être saisie ? Pourquoi, pourquoi… ?
A ces questions, il faut répondre par le poids d’une certaine influence exercée de manière douce mais ferme et insistante sur Tiégboro et ses hommes.
Pendant ce temps, les deux hommes d’affaires guinéens auxquels Hussein Kamal a pris sans rembourser la somme de 47 mille dollars, ne savent toujours pas à quel Saint se laisser balancer alors que deux autres hommes d’affaires de nationalité libanaise, deux jeune, auxquels, apprend-on, le même Hussein aurait escroqué plus de 169 mille de dollars et près de 500 millions de francs guinéens, sont toujours soumis à un contrôle quotidien drastique.
Incroyable mais vrai, en plus de subir ce traitement Spartiate, selon nos informations, il aurait été demandé aux deux jeunes libanais de rembourser les 47 mille dollars des deux guinéens, à l’étonnement général.
« C’est assez hallucinant ce qui arrive dans ce dossier… » commente un libanais qui connait le dossier de fonds en comble, et de poursuivre furieux « non seulement ils refusent de transférer le dossier depuis le 20 janvier, pire, au lieu d’examiner la plainte des deux jeunes auxquels Hussein a détourné de grosses sommes d’argent, ils s’acharnent contre eux en leur demandant de rembourser les deux frères guinéens, vous avez vu çà ou ? ».
Un commentaire qui en dit long sur le jeu d’influence exercé dans ce dossier. On cite d’abord l’influence de Ali Daklala, qui serait un ami intime du Colonel Moussa Tiégboro, ensuite, celle de Taher, PDG de Tafagui et non moins président de la communauté libanaise de Guinée, de Ali Hawali, beau frère de Hussein Kamal, des frères et sœur Karzen, Oméga, Abass et Norma, propriétaires de l’agence de voyage Ambassador Voyage où Hussein Kamal est chef comptable.
Il faut rappeler à ce niveau parlant des frères Karzen, que ce n’est pas la première fois qu’ils soient mêlés à un scandale. On se souvient comme si c’était hier du crash d’un avion de ligne de la compagnie UTA aux larges de Cotonou en 2000, une compagnie qui leur appartenait. Depuis, rien n’a été fait pour dédommager les familles des victimes.
De la responsabilité civile de Ambassador voyage…
Le TPI de Kaloum, si jamais le dossier venait à être transféré devant lui, devrait établir clairement la responsabilité civile de l’agence Ambassador voyage à rembourser et les deux guinéens et les deux libanais et tous ceux auxquels Hussein aurait escroqué de l’argent. Selon nos informations, Hussein aurait escroqué aussi 13 mille dollars à un certain Naïm Jichy et plus de 50 mille dollars à un certain Dahi.
Ambassador Voyage doit payer à la place de Hussein dont la responsabilité pénale est engagée, parce que celui-ci travaillait pour cette agence de voyage, ensuite parce que lors de son interrogatoire, Hussein aurait affirmé avoir transféré les montants escroqués sur le compte RAM, Royal Air Maroc, de Ambassador Voyage.
Du soupçon de fraude fiscale…
Dernier élément de ce patchwork ragoûtant, les soupçons de fraude fiscale. Hussein Kamal aurait reconnu s’être livré depuis belle lurette à une certaine transaction qui l’amenait régulièrement à transférer de l’argent vers des pays de la sous-région, Sierra Léone notamment.
Preuve si besoin en est, c’est en tentant de s’enfuir vers ce pays qu’il s’est fait cravater par des éléments de l’OCAD dans une station d’essence de Coléah, c’était le 21 janvier 2014.
Si cela est prouvé, Hussein et Ambassador Voyage au nom duquel il agissait, seraient convaincus de frauder au fisc. Une autre paire de manche…
Dossier à suivre !
Anoubakri.

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top