Politique

Bah Oury sur les GG : « L’UFDG est dans mon sang et pour quelques raisons que ce soit je ne démissionnerais du parti …».

Bah Oury, vice président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), qui est en asile politique forcé en France depuis le 19 juin 2011 a fait de nouveau un rebondissement. Son problème avec l’UFDG, la gouvernance d’Alpha Condé ou encore l’affaire de l’opposition extraparlementaire ont été abordés par le politicien en exile forcé  dans l’émission, ‘’Les Grandes Gueules’’, de la radio Espace FM ce mardi matin.  

D’entrée,  sur son désaccord avec le président de l’UFDG, El hadj Cellou Dalein Diallo, Bah Oury souligne que celui-ci  est dû premièrement au fait que la gestion du parti est très mauvaise.

Parce que pour paraphe t’il ‘’au sein de l’UFDG il y a des clans formés dans le but de lutter contre d’autres membres du parti. C’est la raison pour laquelle, tous ceux qui sont considérés comme proches de Bah Oury sont écartés. Et le plus dramatique, c’est la situation des personnes emprisonnées sous prétexte qu’elles sont emprisonnées dans le même cadre qu’une affaire qui concerne Bah Oury. Ils les ont abandonnés et je considère que cela est une trahison contre les idéaux de l’UFDG ‘’

Deuxièmement le vice président de l’UFDG  Bah Oury, trouve que certains de ces cadres ont tendance à cautionner des dérives  qu’il appelle la gestion des dérives dictatoriales du président Alpha Condé.  Il ajoute ‘’Ceux qui ont signé l’acceptation de Waymark devraient rendre compte à toute la population guinéenne. Parce que pendant 2 ans ils ont dit que tant que Waymark gère les élections, ils vont faire descendre de gens dans la rue. Et au niveau de l’UFDG, il y a eu plus de 50 personnes qui ont été tuées lors de ces manifestations politiques’’. 

Quant à la question de savoir s’il va démissionner de l’UFDG à cause de son adhésion à  l’opposition extraparlementaire mise en place tout récemment, le vice président du principal parti de l’opposition guinéenne affirme que l’UFDG est dans son sang. ‘’L’UFDG est dans mon sang et pour quelques raisons que ce soit je ne démissionnerais de l’UFDG. Je sais bien qu’il y a des gens qui veulent que je ne sois pas de l’UFDG ou que Bah Oury ne soit pas de ce monde aujourd’hui, mais tout est entre les mains de Dieu », soutien t’il.

Par rapport à l’opposition républicaine extraparlementaire (OREP), il précise que ce n’est pas un parti politique, mais plutôt un regroupement de personnes, d’associations, d’éléments de partis politiques ou même de partis politiques qui estiment que la situation de la Guinée est dangereuse. Et qu’il faut dores et déjà selon lui, prendre des mesures pour arrêter la gouvernance d’Alpha Condé parce qu’elle mène le pays dans le gouffre. « C’est la raison pour laquelle tous ceux qui sont d’accord pour ce projet se retrouve au niveau de l’OREP », conclut Bah Oury. 

Mamadou Oury Bah

 

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top