Politique

Forécariah : La jeunesse est désœuvrée, pas d’emploi, pas de maison des jeunes, pas de bibliothèque de lecture

Les jeunes de Forécariah sont confrontés à plusieurs problèmes liés à leur emploi dans les sociétés minières de la place et à leur épanouissement. Etudiants diplômés sans emploi et jeunes du ghetto racontent leur vie de désespoir.
 
Mory Kanté est un jeune diplômé de l’université de Sonfonia. Il  est sans emploi depuis la fin de ses études. Rentré à Forécariah, il décide de mettre en place une ONG de jeunesse. Mais depuis des années, ses amis et lui ne parviennent pas à organiser des spectacles à la maison des jeunes. Il dénonce ici l’occupation de la maison des jeunes par les lampadaires et les machines agricoles.
 
Les élèves de Forécariah ne disposent pas de bibliothèque. Aussi, Mory Kanté indique que la présence des sociétés minières ne règle pas pourtant le chômage des jeunes. Le stade préfectoral se trouve dans un état de délabrement total. La pose de la première a été faite il y a de cela quelques années mais depuis,  les travaux sont bloqués. Les trois grandes écoles ne sont pas de la ville n’ont eau ni électricité.
Un autre jeune mis au chômage après que l’entreprise dans laquelle il travaillait ait mis les clés sous la porte, évoque le cas d’un responsable du collège qui soumet les élèves malades au paiement d’argent.
 
Ou vont les taxes et redevances payées par les entreprises minières implantées à Forécariah. Nul ne sait, s’interroge ce jeune désœuvré. Il  prévient que si rien n’est fait par les autorités locales pour freiner la consommation de la drogue, les années à venir pourront  couter  cher à la jeunesse.
La drogue, elle se consomme même dans les lieux publics, déclare ce jeune. Il accuse les autorités préfectorales d’être au courant de cette réalité qui gangrène la jeunesse de Forécariah. Dans les guetto de la ville, le vin se consomme quotidiennement par les jeunes qui se disent désespérés. Entre deux tasses de vins, ce jeune qui a requit l’anonymat pointe du doigt la première autorité de la ville.
 
Bah Sékou

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top