Politique

Des femmes s’unissent en association pour booster le leadership féminin dans les industries extractives

L’association des femmes dans les industries extractives en Guinée (Women in Mining) a organisé un forum ce samedi 22 mars 2014 dans un complexe hôtelier de la place. Objectif, faire le lancement officiel du démarrage des activités de cette association et des débats sur des thèmes entre autres genre et industries extractives : enjeux, défis et opportunités et l’état des lieux du leadership féminin dans les industries extractives. 

 

Mme Djéïnabou Camara, présidente de cette association a dit que ses membres veulent apporter leur part de contribution pour l’émergence d’une Guinée prospère. «Nous voulons à travers cette association ouvrir une porte aux femmes pour qu’elles puissent accéder au secteur minier », annonce t-elle. 

Elle note que l’idée de cette association est née sur le constat que la participation des femmes dans le secteur minier est très faible, malgré que cette représente une grande partie de la population. Un secteur qui représente pourtant 20% du produit intérieur brut de la Guinée et plus de 80% des recettes de l’Etat. « Cette faiblesse de participation des femmes dans les industries extractives avec plus de 30 milliards de dollars de potentiel d’investissement pour plus de 60 milles emplois directes et indirectes attendu risque de les mettre en marge de la prospérité économique de la Guinée, si cette tendance n’est pas inversée. 

« Women in Mining n’est pas une structure qui combat les hommes ou qui a l’ambition de disparaître après quelques temps. Elle veut promouvoir les femmes dans les industries extractives pour que nous y ayons une plus grande représentativité », ajoute t-elle.  

Pour elle, l’objectif de l’association est de participer à la politique du genre, l’éducation des filles et femmes afin de les attirer dans les industries extractives et participer à la bonne gouvernance du secteur minier de notre pays.

Ce forum est le premier du genre, qui fait non seulement la promotion des femmes dans le secteur minier mais aussi et surtout être une icône des guinéennes sur le plan international. 

Pour Guillaume Curtis, secretaire général du ministère des mines et de la géologie, il remercie d’abord Djéinab Camara qui a fourni beaucoup d’effort pour que cette association puisse voir le jour. Il fait savoir que les femmes doivent prendre conscience et redoubler d’efforts afin de persévérer surtout dans le domaine des mines. 

« On attend beaucoup plus de vous. Vous devez être plus active et plus dynamique pour vous en sortir. Il reste beaucoup de chose à faire. On récent beaucoup de vide pour les femmes en ce qui concerne le secteur minier. Et pourtant vous êtes en complément de tous ce qui se fait dans le secteur minier », annonce le secretaire général du département des mines. 

Il précise toutefois que le déficit de formation des jeunes femmes constitue un handicap pour elles pour l’atteinte des objectifs. « Pour y arriver, il faut se remettre en cause pour beaucoup apprendre afin d’avoir des postes de responsabilités dans ce secteur. C’est la seule chose qui permettra aux femmes de concurrencer l’autre couche qui n’est pas forcement pas le plus fort et de s’imposer dans le secteur des mines », précise Guillaume Curtis. 

Albert Damantang Camara, ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a quant à lui accentué son intervention sur le fait que selon lui, le chef de l’Etat accorde beaucoup d’intérêt aux jeunes et aux femmes. « Nous sommes beaucoup préoccupé par la situation des jeunes filles qui sortent des formations professionnelles dans le cadre de leur employabilité. Il faut que vous et nous trouvions des solutions pour que dans quelques années on puisse avoir des femmes qui conduisent des camions, de femmes ingénieurs de mines et pourquoi pas une femme directrice d’une société minière », avance le patron du département de l’emploi des jeunes. 

Et cela avant de souhaiter que Women in mining soit le porte flambeau pour la réussite totale de toutes les femmes au sein des sociétés minières de la place. 

Mamadou Oury Bah 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top